La méthode McKenzie à la rescousse de vos maux de dos

Ce n’est plus un secret pour personne, les maux de dos touchent de plus en plus de gens. Parmi les principaux coupables, soulignons notre mode de vie sédentaire, de longues heures passées devant l’ordinateur ou le téléviseur et l’adoption de mauvaises postures au quotidien. Au cours des derniers mois, nous vous avons déjà proposé des pistes de solutions à travers nos articles  Ce que vous pouvez faire pour maintenir un dos en santé – notre top 5 ainsi que Les 5 exercices à éviter et ceux à privilégier pour vos maux de dos– notre top 5. Nous réitérons encore le sujet en vous proposant de découvrir la méthode McKenzie. Il s’agit simplement d’étirements et d’exercices conçus pour les gens qui éprouvent des douleurs au dos, qui ont des problèmes d’hernie discale lombaire ou qui éprouvent des douleurs au niveau du nerf sciatique. Si le sujet de l’hernie discale vous interpelle davantage, nous vous dirigeons plutôt vers l’un des trois articles suivants : Qu’est-ce qu’une hernie discale ?, Que faire pour prévenir l’hernie discale ? Solutions, trucs et astuces et L’hernie discale, notre solution.

L’inventeur de la  méthode McKenzie, Robin McKenzie, affirme qu’ « il n’y a aucun espoir de guérison pour les douleurs lombaires si les patients continuent à s’asseoir de façon incorrecte. »[1] À la Clinique Solution Santé Chiropratique inc nous préférons nuancer ces propos. Il est vrai que la posture joue un rôle essentiel pour conserver un dos fort et en santé, mais ce n’est pas le seul facteur. Une saine alimentation, une bonne hydratation, un sommeil récupérateur et un mode de vie actif sont quelques un des autres facteurs  non négligeables pour rester au sommet de votre forme. Il existe plusieurs méthodes pour améliorer la santé de votre dos que ce soit la chiropratique, la traction et la décompression neurovertébrale ou encore des étirements et des exercices ciblés. Cela dit, une mauvaise posture risque de réveiller les vieilles douleurs et les faiblesses déjà présentes dans vos dos. Si vous n’êtes pas familier avec la façon appropriée de vous asseoir, nous vous encourageons vivement à lire notre article Les postures assises – au travail, en voiture et devant la télévision, etc.

 

Concrètement, « la  méthode McKenzie propose des exercices visant à faire revenir les disques vertébraux à leur emplacement naturel, afin de diminuer la douleur et de retrouver une certaine mobilité et liberté de mouvement. »[2] Les exercices que nous vous présenterons sous peu ont pour but de creuser votre dos et de maintenir la position environ une minute pour inciter les disques intervertébraux à revenir dans leur emplacement naturel. Ce mouvement porte le nom de « centralisation ». Chaque fois qu’un disque revient ne serait-ce qu’un peu vers sa position d’origine, la pression exercée sur le nerf sciatique diminue. Vous ressentez ce relâchement par une augmentation de votre mobilité et une diminution de la douleur.

Les cinq étapes de la méthode McKenzie

Avant d’expliquer plus précisément en quoi consistent les exercices de la méthode McKenzie, il est important de rappeler que ces exercices sont conçus pour aider les gens aux prises avec des problèmes d’hernies discales et de nerfs sciatiques. Ils ne sont pas nécessairement appropriés pour d’autres maux de dos ou de cou. Il est donc important de ne pas forcer le mouvement en cas de douleurs. Par ailleurs, il est recommandé de faire évaluer votre condition physique afin d’avoir une meilleure idée des causes de vos malaises. Pour plus d’information, suiviez l’hyperlien suivant : http://www.cliniquesolutionsante.com/premiere-visite/. Par ailleurs, une visite à la Clinique Solution Santé Chiropratique inc. vous permettra non seulement de savoir si cette méthode vous convient, mais également d’être assisté pour vous assurez que vous effectuez ces exercices correctement.

  1. Coucheé sur le ventre (prone lying)
    Comme son nom l’indique, cette étape consiste à se coucher au sol sur le ventre. Vous devez placer les bras le long de votre corps et essayer de détendre votre dos. Gardez cette première position entre 30 secondes et une minute.
  1. Couché sur le ventre et appuyé sur les coudes (prone lying on elbows)
    L’étape suivante consiste à vous appuyer sur vos coudes et vos avant-bras. Il est important que les coudes soient à la même largeur que les épaules. Cette position n’est pas celle de la planche (plank) même si elle lui ressemble puisque votre bassin et vos hanches restent au sol tout au long de l’exercice. Tout en laissant le dos détendu, maintenez la position de 30 à 60 secondes avant de revenir à la première position soit celle d’être couché sur le ventre (prone lying).
  1. Pompes couchées (prone press-ups)
    Toujours allongées sur le ventre, les paumes sont sur sol et les épaules sont tout près de vos mains. Vous devez ensuite relever le tronc à l’aide de vos bras. Cette posture ressemble à celle des pompes (push-up) à l’exception du fait que votre bassin et vos hanches ne quittent jamais le sol. Gardez la position entre 30 et 60 secondes avant de revenir à la première position (couché sur le ventre/prone lying).
  2. Étirement progressif en utilisant un cousin (progressive extension using pillows)
    Cette étape se veut un étirement progressif que vous devez effectuer à l’aide de coussins. Il faut commencer couché sur le ventre (prone lying) en plaçant un coussin sous la poitrine. Il faut garder la position quelques minutes. Si ce n’est pas douloureux, vous pouvez augmenter l’étirement en ajoutant un second coussin puis un troisième. Il est important que le bassin et les hanches demeurent au sol. Une fois complété, revenez à la posture couché sur le ventre (prone lying) sans aucun coussin.
  3. Étirement debout (standing extension)
    Contrairement aux étapes précédentes, cet exercice s’effectue debout en plaçant les mains dans le creux du dos. Lentement, vous devez laisser le haut de votre corps penché vers l’arrière contre vos mains. Si vous en êtes capable, vous pouvez même regarder vers le plafond. Après une vingtaine de secondes, vous vous redressez debout en adoptant votre posture habituelle. Vous pouvez reprendre cet exercice à quelques reprises dans la journée et plus particulièrement lorsque vous avez passé un moment assis, que vous vous êtes courbé ou que vous avez soulevé un objet. C’est le cas notamment lorsque vous travaillez à l’ordinateur, bricolé ou jardiné.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources:

ERGONLINE. Inconnu. Qu’est-ce que la Méthode McKenzie ?, publié en ligne au https://www.ergonline.eu/fr/mckenzie-concept-fr/was-ist-das-fr/

KINESITHERAPIE24. Inconnu. 5 exercices de la méthode McKenzie étirement du dos, publié en ligne au http://www.kinesitherapie24.com/5-exercices-de-la-methode-mckenzie-etirement-du-dos/

MalODOS. Inconnu. La méthode McKenzie, publié en ligne au http://www.mal-au-dos.be/methode-mckenzie/

 

Références :

[1] ERGONLINE. Inconnu. Qu’est-ce que la Méthode McKenzie ?, publié en ligne au https://www.ergonline.eu/fr/mckenzie-concept-fr/was-ist-das-fr/

[2] MalODOS. Inconnu. La méthode McKenzie, publié en ligne au http://www.mal-au-dos.be/methode-mckenzie/

Posted:

Débuter l’année du bon pied

Vos douleurs sont-elles reliées à vos pieds ?

Malgré vos grands efforts pour maintenir un mode de vie sain et pour adopter une  posture adéquate dans toutes vos activités, vous éprouvez tout de même des douleurs au dos ou à d’autres régions du corps ? La cause de votre malaise se situe peut-être au niveau des pieds. Bien que ceci puisse sembler surprenant, il faut garder à l’esprit que les pieds supportent tout votre corps et vos mouvements. Par analogie, les pieds agissent de la même manière pour votre corps que les fondations pour une maison. Par conséquent, des anomalies dans la biomécanique du pied peuvent exercer du stress sur différentes articulations ou régions du corps, notamment la cheville (périostite tibiale), le genou (gonalgie), la hanche (coxalgie) ou le dos (lombalgie)5. « En effet, des études ont démontré un lien entre les douleurs lombaires et les pieds plats, la pronation excessive, l’instabilité des chevilles et la dysfonction articulaire de la cheville. »1 Cependant, une entorse, un tendon d’Achille,  une fasciite plantaire ou des épines de Lenoir peuvent également modifier la manière dont vous marchez. Voyons un peu plus en détail quelques-uns des problèmes liés aux pieds.

Le pied dans tous ses états

Loin de nous l’idée de faire l’inventaire de tous les problèmes liés aux pieds. Le présent article vise plutôt à identifier et à pallier certains obstacles situés dans la région plantaire qui pourraient être à l’origine de certains malaises récurrents. Sachez que ces anomalies peuvent être ressenties sous forme de douleurs et d’inconforts, mais qu’elles peuvent également ne présenter aucun symptôme. Pour cette raison, il est recommandé de consulter un chiropraticien dans une mesure préventive en cas de doute ou de présence d’antécédents familiaux. À la Clinique Solution Santé Chiropratique, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. pourra vous conseiller afin de prévenir ou de traiter ces anomalies. Si vous souffrez de problèmes plantaires, sachez que vous n’êtes pas seul puisque près de 80% des gens dans la vingtaine en souffre et la presque totalité des gens dans la quarantaine6.

 

Pieds plats, hyperpronation et pied valgus

feet-723309_640

Si le fait d’avoir des pieds plats peut vous exempter d’être enrôlé dans l’armée, il faut aussi savoir que le pied plat présente un affaissement au niveau de ses arches et une raideur au niveau de la voûte plantaire7. Il faut savoir que le fait d’avoir les pieds plats est la conséquence directe de souffrir d’hyperpronation ou de pied valgus.5 Concrètement, un pied plat a de la difficulté à répartir adéquatement les forces de son contact avec le sol1 et, par conséquent, absorbe moins bien les chocs, offre moins de stabilité et change l’alignement naturel du corps.11 Cette situation se répercute sur d’autres structures du corps telles que le dos.

Du côté des coupables, il faut pointer le doigt vers les facteurs de stress quotidien tels que marcher ou se tenir debout de façon prolongée, d’anciennes blessures, des problèmes de santé11, le fait de répartir le poids de son corps sur un côté plutôt que l’autre, un trouble de développement chez l’enfant et même l’hormone ocytocine, aussi connue sous le nom de relaxine, qui est dégagé lors de l’accouchement pour faciliter l’ouverture du bassin.

Parmi les signaux d’alarme soulignons le fait d’avoir une démarche avec les pieds qui pointe vers l’intérieur5, boiter, avoir le talon courbé vers l’extérieur,7 un genou qui tourne vers l’intérieur, avoir une épaule plus basse que l’autre, remarquer une inclinaison pelvienne, des chaussures qui ne sont pas usées de manière uniforme10 ou encore des douleurs aux genoux, aux hanches, au cou, au dos,11 aux jambes5ou aux fessiers.  Si tel est votre cas, vous devriez prendre rendez-vous avec votre chiropraticien pour investiguer la situation. Sachez tout de même que le tiers de la population connaît un problème de pied plat.11

Pour corriger la situation, il est possible d’avoir recours à des manipulations chiropratiques pour positionner adéquatement les os et les articulations des extrémités ou encore d’avoir recours à des supports plantaires5 pour assurer une meilleure pronation, un meilleur support et plus de confort.Il ne faut pas négliger ce problème parce qu’il peut mener, en plus des inconforts, a des problèmes comme la périostite du tibia5, la tendinite d’Achille et la fasciite plantaire. Chez la femme, les études démontrent que celle aux prises avec ce problème est 50% plus susceptible de souffrir de douleur lombaire que celle qui n’a pas les pieds plats.11

Entorse

footballeur 29

Il suffit de peu de choses, un faux mouvement par exemple3, pour se trouver aux prises avec une entorse. L’entorse est, en fait, une déchirure d’un ligament qu’elle soit totale ou partielle qui peut être associée à une fracture.7 C’est la cheville qui est le plus à risque de subir une entorse.3 Comme toutes blessures, les entorses peuvent laisser des séquelles3 notamment des lésions au niveau des ligaments7. Pour réduire l’inflammation, il est important d’appliquer de la glace pendant une quinzaine de minutes à plusieurs reprises dans les premières 48 heures.7

Cheville instable

child-613199_640

Mine de rien, la cheville est sollicitée à de nombreuses occasions chaque jour. Nous ne réalisons souvent pas toujours que le seul fait de monter un escalier requiert de notre cheville de supporter jusqu’à sept fois notre poids. Par ailleurs, certaines activités comme la course, la raquette ou le soccer lui demandent un effort supplémentaire.3 Il n’est donc pas surprenant de constater que les douleurs aux chevilles ont plusieurs origines, un faux pas, un coup, un entraînement intensif,3 une fracture, une entorse, de l’inflammation, une infection, une difformité du pied tel qu’un pied trop plat7 ou même une déficience du  contrôle neuromusculaire1. En plus de risquer de blesser les ligaments et d’étirer les muscles3, « [d]es études ont démontré une corrélation entre une instabilité de la cheville de moyenne à grave et les risques de douleurs lombaires ».1 Bien que les causes soient nombreuses, le choix de chaussures qui supporte la cheville, une certaine vigilance dans vos activités et déplacements ainsi qu’un examen neuromusculosquelletique sont utiles pour prévenir les blessures aux chevilles.

Inégalité des jambes 

L’inégalité des jambes, comme son nom l’indique, est une différence de longueur entre les deux jambes. Pour palier à cet écart, le corps cherche à compenser ce qui peut causer des douleurs au niveau des muscles et des tissus mous  et même entraîner une scoliose.1 Il faut savoir que « [l]orsque vous marchez, vous exercez une pression équivalente à cinq fois votre poids sur chaque pied»5. Il est important de procéder à un examen neuromusculosquelletique pour s’assurer que l’inégalité des jambes n’est pas causée par un désalignement du bassin. Si tel est le cas, les ajustements chiropratiques peuvent être utiles. Autrement, il faudra peut-être se tourner vers un support plantaire.

Tendon d’Achille

Le tendon d’Achille, aussi connu sous le nom de tendinite Achillée,5 se caractérise par une douleur derrière la cheville légèrement au-dessus du talon. Elle peut être la conséquence d’un pied plat, mais peut également être causée par le port de chaussures qui ne supportent pas bien le pied soit parce qu’elles sont trop plates ou trop usées ou encore par l’absence d’un échauffement ou d’un étirement adéquat entourant une activité sportive, notamment lorsque le sportif modifie la fréquence ou l’intensité de son activité.7

Fasciite plantaire

Il faut savoir que la fasciite plantaire « est une inflammation du fascia plantaire, une membrane fibreuse qui va de l’os du talon à la base des orteils »9 et qui soutient la voûte plantaire. Au Canada, il s’agit de la deuxième cause de douleurs reliées aux pieds.9

Parmi les facteurs de risques, soulignons l’obésité, la pratique intensive de sports notamment la course et le jogging, marcher pieds nus, avoir les pieds creux ou plats, porter des chaussures qui n’offrent pas un support de la cambrure du pied ou dont le talon est particulièrement dur ainsi que de se tenir longtemps sur une surface dure.8-9 Pour prévenir l’apparition de fasciite plantaire, il est intéressant de faire des exercices d’étirement au niveau du dessous du pied, du tendon d’Achille et mollet.9

Pour réduire la douleur, vous pouvez masser votre talon afin d’assouplir le fasciite et y appliquer chaque jour de la glace pendant une vingtaine de minutes.9 Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. vous suggère d’éviter de marcher pieds nus le temps que la douleur persiste. Il pourrait également vous suggérer de prendre une pause sur les exercices qui sollicitent les articulations portantes. Sachez qu’il existe également des semelles adaptées à cette condition.

Épines de Lenoir

Une épine de Lenoir est un phénomène relativement courant6 qui touche environ 11% de la population9. Sans être une maladie à proprement parler9, une épine de Lenoir est un dépôt de calcium situé sur l’os de la cheville6 plus précisément où le fascia plantaire rejoint l’os du talon9. Cette anomalie du pied peut être causée par une fasciite plantaire chronique. 8-9 Pour cette raison, les conseils pour la traiter et pour réduire la douleur sont les mêmes que pour la fasciite plantaire.9

Pistes de solution

Les soins chiropratiques

 Close up of a doctor

Nos fidèles lecteurs savent déjà que les docteurs en chiropratique ont suivi  une formation universitaire de cinq ans qui leur permet de procéder à des examens neuromusculosquelletiques comprenant une analyse de posture, de poser un diagnostic et d’analyser des radiographies relatives aux squelettes. Ils sont également habiletés à vous fournir un programme d’exercices de réadaptation,3 des exercices et des étirements physiques de base4-6 ainsi que programme de remise en forme qui respectent vos besoins et votre capacité physique4. Il pourrait notamment chercher à développer votre force musculaire4-6 notamment au niveau du pied6 pour faciliter le mouvement4, s’intéresser à la stabilisation des jointures6 ou travailler la souplesse et la flexibilité d’un muscle4. Au niveau des traitements à proprement parler, la chiropratique « est en mesure de vous fournir un programme de santé sans intervention chirurgicale pour vous aider à vous sentir mieux »6 qui peut comprendre des ajustements chiropratiques spécifiques pour stabiliser la posture6, corriger un bassin désaligné ou la position des os de la cheville3, « rétablir la mécanique des articulations »3 et relâcher le stress dans le corps6. Bien entendu, il est nécessaire de procéder à une étude approfondie de votre situation afin d’identifier les causes de vos malaises et ainsi apporter une solution adéquate.

Trouver chaussure à son pied

Du coup de foudre au confort, différents facteurs influencent notre choix en matière de chaussures. Toutefois, rares sont ceux d’entre nous qui prennent le temps de choisir une paire de chaussures en fonction de leur santé. Pourtant, vos chaussures préférées peuvent être à l’origine de vos problèmes de pieds ou de santé.5 En fait, « [s]i une chaussure est mal ajustée ou trop usée, votre cheville peut alors être déviée. »3  Autant que possible, privilégiez une chaussure fermée qui possède une arche et un support au niveau de la cheville. N’hésitez pas à investir dans une chaussure de qualité qui est adaptée aux sports que vous pratiquez. Certains modèles sont adaptés pour les personnes aux prises avec des pieds plats ou sont munies d’une arche plus haute pour assurer le maintien.5 Voici quelques précisions au niveau de trois chaussures populaires.

Souliers à talons hauts

fashion-601557_640

Symbole de féminité, les souliers à talons hauts modifient notre posture et notre démarche parce qu’ils placent les talons aux dessus des orteils. Concrètement, cette posture crée un désalignement des hanches, des épaules et du dos qui nous incites à courber les orteils. Par ailleurs, la pression exercée sur la plante du pied double (57%) lorsque le talon est de deux pouces et fait plus que tripler (76%) quand le talon est de trois pouces comparativement à un talon d’un pouce (22%). Au niveau physique, le port de souliers à talons hauts entraîne des risques d’entorse ou de fracture de la cheville, d’arthrite, de dégénération des tissus, de douleurs et d’engourdissement des nerfs situés entre le 3e et le 4e orteil, d’élargissement de la partie arrière du talon, de méta tarsalgie soit une douleur située à la rencontre du pied et des orteils, d’avoir un orteil plié en Persane ou encore que les muscles du mollet se serrent ou rapetissent. Pour limiter ces risques, mieux vaut limiter la hauteur de ses souliers à talons hauts et limiter le nombre d’heures qu’ils sont portés. N’hésitez pas à changer de paire au cours de la journée ou lors de déplacements plus importants.

Sandales de type tong

sandals-342672_640

Les sandales de type tong sont des sandales assez courantes durant la saison estivale et sur les plages du sud. Il s’agit généralement de sandales plates qui ne tiennent que par une petite bande de tissus entre les orteils. S’il n’y a rien de bien dommage lorsqu’elles sont portées le temps d’utiliser une douche publique ou pour se rendre à la plage, elles sont beaucoup moins inoffensives lorsqu’elles sont portées sur une longue période de temps. À vrai dire, ce modèle manque de stabilité, de protection et ne permet pas une bonne absorption des chocs entre le sol et les os. Par ailleurs, le fait de devoir contracter les orteils pour maintenir la sandale en place modifie votre démarche naturelle ce qui peut occasionner des douleurs et des problèmes au niveau des talons, des chevilles, des genoux, des hanches et du dos. Plus concrètement, il y a des risques d’inflammation des tendons, de tendinite, de fasciite plantaire et de faire des bonions ou d’aggraver ceux déjà présents. Les inconditionnels des sandales devraient plutôt choisir un modèle qui possède une arche plantaire, un soutien au niveau de la cheville et une petite élévation au niveau du talon.

Soulier mince avec orteils

Tel que présenté à travers le Courrier Santé de juin 2013 intitulé Prudence avec les nouveaux souliers minces avec orteils séparés :  « Un bon nombre de patients me questionnaient concernant les nouveaux souliers minces avec orteils séparés qui sont conçus pour avoir le sentiment de courir pieds nus. Malgré la popularité grandissante de ces chaussures, je suis convaincu que l’absence de talon pour absorber le choc subit lors d’une activité telle que la course n’est pas du tout appropriée et risque d’engendrer des maux de dos. Je vous recommande plutôt d’opter pour un soulier de course avec une semelle épaisse qui soutient davantage votre cheville et la pression exercée sur le talon. Ce type de chaussures est bon à adapter pour toutes les activités légères où vous auriez l’habitude de vous promener pieds nus.»

 

Support plantaire : orthèses et talonnettes

deposits-1194947_640

Pour diverses raisons, il est possible que votre corps ou votre pied ait besoin d’un support supplémentaire. Il existe une grande variété de supports plantaires tant au niveau de la forme, du matériau que de l’utilité. De manière générale, une orthèse ressemble à une semelle qui peut être amovible ou moulée à même une chaussure, alors qu’une talonnette est plutôt une semelle amovible qui couvre un peu plus que la région du talon. Selon les besoins du patient, les supports plantaires peuvent servir de protection ou de soutien d’une blessure, permettre une réadaptation adéquate d’une zone du corps,  réduire la douleur ressentie, augmenter la mobilité du porteur, aligner le corps ainsi que compenser ou corriger une difformité.2

Sachez que « [l]es chiropraticiens sont formés pour évaluer le bien-fondé de [recommander] des orthèses sur mesure. Cette évaluation repose notamment sur l’observation, l’analyse de la démarche, l’analyse fonctionnelle et des examens neurologiques et orthopédiques. »2 Ces examens neuromusculosquelettiques permettent de considérer le corps dans son ensemble afin de vérifier si le problème est un symptôme causé par un problème qui se situe dans une autre région du corps. Une fois que le docteur en chiropratique a mis le doigt sur la ou les causes du malaise, il sera en mesure de vous tourner vers la solution qui convient le mieux à votre situation. Parfois, il suffit d’une petite talonnette pour rétablir l’égalité des jambes, d’une orthèse fabriquée en série pour prévenir la fatigue musculaire ou tendineuse ou encore d’une orthèse sur mesure pour corriger une difformité structurelle. Aussi connues sous le nom de semelles orthopédiques, les orthèses sur mesure ont pour objectif de maintenir la structure des os et des muscles qui composent le pied lorsque vous êtes debout ou en mouvement.6 Au besoin, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. vous dirigera vers un podiatre pour qu’il prépare une orthèse personnalisée.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources :
1) Association chiropratique canadienne. 2016. De la tête aux pieds : l’influence de vos pieds sur la santé de votre dos, publié le 11 mai 2016 au http://www.chiropractic.ca/fr/blogue/de-la-tete-aux-pieds-linfluence-de-vos-pieds-sur-la-sante-de-votre-dos/
2) Association chiropratique canadienne. 2016. Mieux comprendre les orthèses, publié le 20 avril 2016 au http://www.chiropractic.ca/fr/blogue/mieux-comprendre-les-ortheses/
3) Association des chiropraticiens du Québec. 2012. La chiropratique et les problèmes de chevilles, publié en ligne le 1er août 2012 au https://www.chiropratique.com/45-article-la-chiropratique-et-les-problemes-de-chevilles.html
4) Association des chiropraticiens du Québec. 2012. La stabilité du genou, publié en le 1er août 2012 au https://www.chiropratique.com/39-article-la-stabilite-du-genou.html
5) Brackenbury, Wade. American Chiropractic Clinic. 2014. Mes douleurs de genou et de bas du dos sont-elles liées à mes pieds?, publié le 13 juillet 2014 au http://acc.vn/fr/pieds-plats-et-douleurs-de-genou/
6) CHIROPRATIQUE BROSSARD. 2016. Maux de pied, publié le 11 janvier 2016 au http://chiropratiquebrossard.com/mauxdedos/maux/maux-de-pied.html
7) MORIN, Louis-Philippe. 2015. Douleurs aux chevilles – pieds, publié le 1er avril 2015 au http://chiropratiquesillery.ca/douleurs-aux-chevilles-pieds/
8) CENTRE CHIROPRATIQUE PLAISANCE GIGNAC. 2011. Fasciite plantaire / Épine de Lenoir, publié en 2011 au http://www.chiroplaisancegignac.com/glossaire_pourquoi_consulter_torticolis_entorse_cervicale_mal_de_cou_maux_de_tete.php?id=73
9) Scheldeman, Alain. Date inconnue. Fasciite plantaire versus épine de Lenoir, publié en ligne au http://www.actionsportphysio.com/fr/rubrique-sante/blessures/fasciite-plantaire/
10) FOOT LEVELER’S. Date inconnue. It’s a Chain Reaction, publié en ligne au http://naturallywell.com.au/foot-levelers-orthotics
11) FOOT LEVELER’S. 2016. Foot Leveler Scanner-Pronation, publié le 28 avril 2016 au http://fnschiro.com/2016/08/foot-leveler-scanner-pronation/

Posted:

La chiropratique démystifiée

Chaque année, le 18 septembre est une journée très importante pour l’équipe de la Clinique Solution Santé Chiropratique puisqu’il s’agit de la date anniversaire officielle de la chiropratique. En 2016, la chiropratique sera forte de ses 121 ans. Nous profitons de cette occasion pour déboulonner certains mythes tenaces concernant la chiropratique. Nous espérons que cet article vous permettra d’être mieux informé sur les soins et les bienfaits des ajustements chiropratiques.

On doit être référé par un médecin pour consulter un chiropraticien.

Faux. Il n’est pas nécessaire d’être référé par un autre  professionnel de la santé pour consulter un chiropraticien. Par sa formation, le docteur en chiropratique joue un rôle de premier plan en matière de santé, ce qui lui permet de poser un diagnostic et de créer un programme de soins correspondant à votre condition physique et à vos objectifs personnels. Pour y parvenir, le chiropraticien procédera à des examens neuro-musculosquelettiques et même à des radiographies, si nécessaire. À la Clinique Solution Santé Chiropratique, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. se fera un plaisir de collaborer avec votre médecin ou avec un autre professionnel de votre choix. Advenant le cas où votre situation présentait une contre-indication à recevoir des traitements chiropratiques, nous pourrons vous diriger vers un autre professionnel de la santé.

Les chiropraticiens sont de vrais « docteurs ».

Vrai.  Dans dix provinces du Canada, le titre de « docteur » est octroyé à certains professionnels de la santé tels que les chiropraticiens, les médecins, les optométristes et les dentistes, qui ont le droit de poser un diagnostic dans leur domaine d’expertise. Bien entendu, chacun d’entre eux doit avoir suivi une formation rigoureuse et reconnue. Au Québec, le chiropraticien est un professionnel de la santé qualifié qui a suivi une formation universitaire de cinq ans à temps plein comprenant 4969 heures de cours, suivies de 18 mois d’internat clinique supervisé. Le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. a complété son doctorat de premier cycle en chiropratique au Palmer College (Davenport, Iowa) en 2001. Depuis, il cumule 15 ans de pratique, est propriétaire d’une clinique établie depuis plus de 10 ans et a suivi de nombreux cours de perfectionnement.

L’efficacité chiropratique est prouvée.

Vrai. Plusieurs études ont été effectuées par des chercheurs issus de différents domaines de la santé pour vérifier l’efficacité des thérapies manuelles dont fait partie la chiropratique. La manipulation des vertèbres et des articulations a prouvé ses bienfaits pour les problèmes musculosquelettiques aigus ou chroniques tels que les maux de dos ainsi que pour les extrémités, les céphalées et l’articulation temporomandibulaire (ATM).  « En cas de dorsalgie, la manipulation vertébrale est recommandée comme intervention de première ligne dans les guides de pratique clinique du Groupe de travail de la Décennie des os et des articulations, de l’American College of Physicians, de l’American Pain Society et du Britain’s National Institute of Health and Care Excellence1

La chiropratique traite uniquement les maux de dos.

Faux. Certains patients sont parfois surpris d’apprendre que la chiropratique n’est pas seulement réservée aux maux de dos. Les docteurs en chiropratique sont formés pour traiter des problèmes qui touchent le système neurologique, le système musculaire et le système squelettique. Par ailleurs, les chiropraticiens peuvent vous conseiller sur votre condition physique, la nutrition et une bonne hygiène de sommeil, l’ergonomie au travail  et dans les loisirs. Ils peuvent aussi vous proposer des exercices ciblés pour vous aider à renforcer ou à améliorer la mobilité d’une région particulière.

Voici une liste non exhaustive des raisons pour lesquelles la chiropratique peut être d’un grand secours : acouphènes, maux de cou, arthrose, asthme, céphalées, entorses ligamentaires ou musculaires, hernie discale, maux de tête, migraines, problèmes de chevilles, fatigue, scolioses, sinusites, syndrome du tunnel carpien, tendinites, « tennis elbow », et torticolis. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les articles de l’Association des chiropraticiens du Québec au http://www.chiropratique.com/articles-douleurs.html.

Les traitements sont-ils douloureux ?

L’ « ajustement », nom donné aux traitements chiropratiques, est une manipulation vertébrale précise dont la force, l’angle et la vélocité sont adaptés à la morphologie et à la condition du patient. Ainsi, les techniques utilisées pour ajuster les bébés et les enfants ne ressemblent en rien à celles pratiquées sur un adulte. D’ailleurs, la pression exercée pour traiter un nouveau-né est généralement équivalente au poids d’une pièce de dix cents. Les personnes qui ne sont pas familières avec la chiropratique croient à tort que le traitement est douloureux lorsqu’ils attendent un « craquement » ou un petit bruit sec. Il s’agit ni plus ni moins d’un bruit qui se produit parfois lorsqu’une articulation relâche une bulle de gaz. C’est le même phénomène qui se produit lorsqu’une personne fait « craquer » ses jointures.

Peu importe l’âge du patient, les ajustements chiropratiques sont des soins légers, confortables, naturels et sécuritaires pouvant soulager les douleurs et les inconforts en favorisant le maintien de l’équilibre du corps et sa capacité innée d’autoguérir. Ils sont effectués avec les mains sur une table spécialisée, ce qui aide les vertèbres à retrouver un mouvement et une position appropriés. Il peut être parfois nécessaire d’utiliser de petits instruments manuels et de procéder avec des techniques spécifiques à votre condition.

Quelle est la durée des traitements chiropratiques ?

La durée du traitement dépend du diagnostic, de la gravité de votre condition et de votre état de santé. Lors de la première visite, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. notera les aspects importants entourant votre santé et effectuera un examen complet pour vérifier votre posture, vos réflexes et votre force musculaire afin d’identifier les régions problématiques. Selon les résultats de vos examens neuro-musculosquelettiques et de votre condition, il pourrait effectuer des radiographies qui permettront, le cas échéant,  de découvrir la présence de pathologies ou de fractures et de vérifier l’état de votre colonne vertébrale. Il sera ensuite en mesure d’élaborer un plan de traitement qui tiendra compte de vos besoins et de vos objectifs. Chacun a son propre rythme de récupération. Pour vérifier l’évolution de votre condition, une numérisation thermographique vertébrale sera effectuée à chacune des visites ainsi qu’une réévaluation complète du dossier toutes les 12 ou 24 visites.

La chiropratique exige-t-elle un traitement à vie ?

La philosophie de la chiropratique est d’aider le corps à maintenir son équilibre et sa capacité innée de se guérir sans avoir recours aux médicaments ou à une intervention chirurgicale. Elle cherche à optimiser l’intégrité de la colonne vertébrale qui protège le système nerveux central, de plusieurs artères et des tissus importants au maintien de la vie. La fréquence de vos soins dépend de votre condition physique alors que leur durée dépend essentiellement de vos objectifs en matière de santé. Il revient à chacun de choisir entre trois options de soins :

* Les soins de soulagement. Les patients peuvent choisir de venir seulement en situation de crise ou d’urgence. Ils prennent quelques rendez-vous rapprochés pour soulager les symptômes, dont la douleur. Cette option peut sembler tentante de prime abord, mais, malheureusement, les patients qui choisissent un traitement de soulagement ne font qu’atténuer les symptômes ont une prédisposition aux rechutes, car les muscles et les ligaments ne seront pas complètement guéris. Vous êtes toujours libre de choisir les soins de soulagement ou de correction. Sachez qu’en cas de rechute, nous serons toujours heureux de vous revoir. Votre dossier sera déjà ouvert à la Clinique Solution Santé Chiropratique, nous connaîtrons donc déjà votre condition et vous pourrez compter sur nous.

* Les soins de correction. La santé est le reflet du bon fonctionnement de votre corps et non de la façon dont vous vous sentez. Pour parvenir à un état de santé optimal, il est important de suivre les recommandations du Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. afin de permettre au processus de guérison de se mettre à l’œuvre. Le but des soins chiropratiques est de s’attaquer aux causes plutôt qu’aux symptômes. C’est exactement ce que visent les soins de correction. Si vous choisissez les soins de correction d’une condition particulière, qui varie généralement de trois mois à un an, sachez toutefois que les premières semaines nécessitent des visites rapprochées dont la durée et la fréquence s’espacent par la suite.

* Les soins de maintien. Une fois les soins de correction complétés, vous ressentez un soulagement de vos douleurs, voire une disparition des symptômes qui vous ont d’abord amené à venir consulter à la Clinique Solution Santé Chiropratique. Votre état de santé a progressé et a favorisé le rétablissement du fonctionnement de votre système nerveux. À ce stade, plusieurs patients choisissent de conserver leurs acquis en optant pour des soins de maintien. Il s’agit exactement du même principe que l’entretien périodique de votre véhicule, de votre rendez-vous semestriel  chez le dentiste ou annuel chez le médecin. La colonne vertébrale protège le système nerveux central, plusieurs artères et des tissus importants. Il est donc tout à fait naturel de veiller à la santé de votre colonne vertébrale en planifiant des soins de maintien.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources :

1Association chiropratique canadienne. (2016). Idées reçues sur le traitement chiropratique. Publié en ligne le 10 février 2016. Repéré à http://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/idees-recues-sur-le-traitement-chiropratique/

2Association chiropratique canadienne. (2016). Les trois mythes les plus tenaces sur la chiropratique. Publié en ligne le 16 septembre 2015. Repéré à http://www.chiropractic.ca/fr/blogue/les-trois-mythes-les-plus-tenaces-sur-la-chiropratique/

Articles similaires déjà parus sur notre blogue :
Top 5 des mythes chiropratiques démasqués.
* La chiropratique simplifiée.
Petit retour sur les bases.
* L’importance d’ajuster les hautes cervicales pour un système nerveux en santé. 

Lectures complémentaires :
* Les ajustements chiropratiques influencent le système nerveux : une étude apporte la preuve.
* La chiropratique : le pouvoir de la prévention.

* Mythes et fausses idées de la chiropratique

Posted:

Les types de soins chiropratiques

Soins de soulagement 

Aussi connus sous le nom de soins intensifs initiaux, ils font partie des soins chiropratiques ayant pour but de réduire l’inflammation et d’apporter une meilleure mobilité aux vertèbres. Grâce aux ajustements rapprochés, vous ressentirez un soulagement de vos douleurs et même une disparition des symptômes qui vous ont amené à la Clinique Solution Santé Chiropratique. Votre bien-être général s’améliorera et vous mènera à un retour vers une santé optimale. C’est dans ce but que le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. vous a remis un rapport comprenant ses meilleures recommandations pour vous aider à retrouver une santé optimale à la suite de votre première visite. Il serait tentant de cesser vos soins lorsque vous vous sentirez mieux, mais le but des soins chiropratiques est de s’attaquer aux causes et non aux symptômes. La santé est le reflet du bon fonctionnement de votre corps et non de la façon dont vous vous sentez. Pour retrouver cette santé optimale, il est important de bien suivre les recommandations du Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. afin de permettre au processus de guérison d’enclencher. Malheureusement, les patients qui choisissent un traitement de soulagement permettant seulement d’atténuer les symptômes ressentis développeront une prédisposition aux rechutes, car les muscles et les ligaments ne seront pas complètement guéris. Nous vous conseillons donc de poursuivre vos traitements afin d’obtenir les soins de correction qui vous aideront. Cela dit, sachez qu’en cas de rechute, nous serons heureux de vous revoir. Votre dossier sera déjà ouvert à la Clinique Solution Santé Chiropratique, nous connaîtrons donc déjà votre condition et vous pourrez compter sur nous.

Soins de correction

Ces soins sont connus sous le nom de soins de réadaptation. C’est durant cette étape du processus de soins que votre guérison s’opère au-delà de la disparition des symptômes.  Une correction vertébrale plus stable peut habituellement réduire la fréquence de vos visites. L’approche chiropratique vous permet de retrouver une santé optimale de façon sécuritaire et naturelle, sans médicaments ni chirurgie. Votre état de santé progressera grâce aux soins chiropratiques lesquels favoriseront le rétablissement du fonctionnement de votre système nerveux. En réduisant les perturbations tout le long de votre colonne vertébrale, les ajustements chiropratiques renforcent la capacité naturelle de guérison du corps. C’est ce même pouvoir qui agit lorsque vous vous coupez le doigt avec une feuille de papier ou que vous y retirez une écharde. Par le biais des soins de correction, le chiropraticien renforce les muscles et les articulations, stabilise les progrès acquis et améliore le fonctionnement global du corps afin que la correction demeure durable.

Soins de prévention

Ces soins sont aussi connus sous le nom de soins de maintien. Il s’agit de la dernière étape de soins qui visent à éviter la réapparition des problèmes. Les soins de correction vous procurent une meilleure qualité de vie, une réduction du stress, un gain d’énergie et l’absence de subluxations, ce qui favorise grandement une santé optimale. Le corps humain est une fabuleuse machine qu’il faut toutefois entretenir. Malheureusement, plusieurs facteurs peuvent influencer l’état de votre santé neuromusculosquelettique, que ce soit un accident, l’adoption de mauvaises postures, l’exécution de mouvements répétés, le stress, une alimentation mal équilibrée, le manque d’activité physique, etc. À l’instar des entretiens de votre véhicule au garage, les soins chiropratiques aident votre corps à retrouver un état optimal en faisant face aux problèmes avant qu’ils ne deviennent sérieux. Bien que chaque situation soit unique, nous suggérons généralement aux patients une visite de prévention tous les mois.

Quelques précisions

En ce millénaire, nous vivons à un rythme effréné, en proie à une continuelle course contre la montre, ce qui nous fait oublier trop souvent que la guérison est un processus qui demande du temps. Tout comme il n’existe pas de recettes miracles pour maigrir, il n’existe pas non plus de traitements magiques pour retrouver et maintenir une bonne santé. Chacun a son propre rythme de récupération et la chiropratique est là pour vous donner les moyens de retrouver une santé optimale en s’attaquant aux causes plutôt qu’en traitant uniquement les symptômes. La décision vous appartient. Vous êtes toujours libre de choisir entre les soins de soulagement, de correction ou de prévention. Toute l’équipe de la Clinique Solution Santé Chiropratique est heureuse de vous aider à atteindre les objectifs de santé que vous vous êtes fixés.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources:
http://www.chiropratiquelabarre.com/index.php/nos-techniques/les-trois-types-de-soins

Posted:

Les thérapies et les examens complémentaires

Thérapies complémentaires

LaserTraction

En plus des différentes méthodes d’ajustement chiropratique, la Clinique Solution Santé offre plusieurs techniques complémentaires pour faciliter le retour vers une santé optimale. Au cours des précédents Courriers Santé, nous avons abordé quelques une des thérapies complémentaires que propose la clinique. Pour éviter d’alourdir inutilement ce texte, nous vous suggérons de lire les anciens articles sur le sujet pour en savoir plus.

  • Technique de traction ou de décompression neurovertébrale
    Cette technique a déjà fait l’objet d’un article complet que nous vous invitons à lire ici .
  • Technique de thérapie au laser
    Cette technique a déjà fait l’objet d’un article complet que nous vous invitons à lire ici .
  • Technique de kinésiotaping
    Cette technique a déjà fait l’objet d’un article complet que nous vous invitons à lire ici .
  • Technique de thérapie par la glace ou la chaleur
    Cette technique a déjà fait l’objet d’un article complet que nous vous invitons à lire ici .
  • Exercices de réadaptation
    Les docteurs en chiropratique sont habiletés à vous proposer des exercices pour favoriser la réadaptation d’une condition particulière, mais également pour réduire les risques de subir des blessures sportives et pour prévenir l’apparition de douleurs ou de problèmes de santé. La plupart des exercices peuvent être effectués sans matériel ou encore à l’aide d’élastiques, des poids légers ou d’un ballon d’exercice. Bien entendu, il est préférable de consulter votre docteur en chiropratique avant d’entreprendre un programme d’exercices afin de confirmer si votre santé neuro-musculo-squelettique ne limite pas la pratique de certains exercices. Voici quelques exemples d’articles qui vous proposaient certains exercices : Préparez votre saison à bicyclette, Étirements et exercices pour le bureau , Pelleter en toute sécurité, 11 astuces pour utiliser votre cellulaire sans engendrer un « text-neck syndrome »
  • Naturopathie et homéopathie
    Sans que la clinique du Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. ne soit officiellement un bureau de naturothérapeute ou d’homéopathe, il est possible d’obtenir de ce dernier des recommandations nutritionnelles personnalisées afin de vous aider à atteindre vos objectifs de santé. La Clinique Solution Santé Chiropratique offre quelques produits de la gamme New Roots ou Professional Health Product (PHP), des produits naturels de haute qualité.

Examens complémentaires

x-ray-image-510488_1920

Lors de votre première visite à la clinique, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. révise tout d’abord votre questionnaire santé avant la consultation pour ensuite procéder aux examens chiropratiques complets comprenant une série de tests neurologiques et orthopédiques. Ce dépistage vertébral est essentiel pour bien comprendre votre condition neuromusculosquelettique. Il ne s’agit toutefois pas du seul examen que vous devrez passer au cours des prochaines visites.

  • Évaluation par radiographie
    Habituellement, une réévaluation complète de votre dossier est effectuée environ toutes les 12 ou 24 visites, selon votre condition. Les radiographies peuvent êtes prises sur place, directement à la clinique. Cette évaluation est accompagnée également d’un court questionnaire d’évaluation que nous vous invitons à remplir afin de connaître la manière dont les soins chiropratiques influencent votre quotidien. C’est notre façon d’évaluer les résultats obtenus à la suite des soins chiropratiques et de voir ce qui se passe à l’intérieur de votre corps.
  • Examens orthopédiques, neurologiques et physiques, ainsi qu’une analyse posturale
    Lors de la première visite et au cours des évaluations, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. procède à différents examens qui permettent de connaître l’état neuromusculosquelettique et articulaire du patient dans le but de poser un diagnostic précis. Les résultats permettent de déceler la force musculaire et les zones d’engourdissement qui peuvent affecter l’intégrité du système nerveux tant au niveau moteur que sensoriel. Il s’agit entre d’autres de vérifier les amplitudes de mouvement.
  • Numérisation thermographique vertébrale à infrarouge
    Au début de chaque visite, une numérisation thermographique vertébrale à infrarouge est effectuée. Il s’agit d’un test de diagnostic sûr, indolore et fiable qui mesure la chaleur infrarouge émise à la surface du corps sans utilisation de radiations. Les différences de température indiquent la présence d’un fonctionnement anormal du système nerveux et sont automatiquement enregistrées à l’ordinateur. Ce faisant, nous pouvons comparer les résultats d’une consultation à l’autre. Par la suite, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. procèdera à une palpation des vertèbres cervicales et lombaires avant de commencer votre traitement.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Posted:

Les techniques d’ajustements chiropratiques

Une question qu’on nous pose souvent à la Clinique Solution Santé Chiropratique est la suivante : « Quelle technique utilisez-vous ? ». C’est une question très pertinente à laquelle il est difficile de répondre en quelques secondes. Le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. utilise un éventail de techniques d’ajustement chiropratique, dont plusieurs thérapies complémentaires ainsi que trois types de soins chiropratiques dans le but de s’adapter aux besoins spécifiques de chacun de ses patients. Par ailleurs, le docteur en chiropratique met annuellement à jour ses connaissances en participant à différents séminaires et formations. Voici donc une synthèse des techniques offertes à la clinique.

Les techniques d’ajustement chiropratique

En chiropratique, on appelle « ajustement chiropratique » le nom donné aux traitements . Pour faire un petit retour sur les bases de la chiropratique, nous vous suggérons de consulter les articles suivants : Petit retour sur les bases , Top 5 des mythes chiropratiques démasqués et La chiropratique simplifiée.

  • Technique « Toggle », « Toggle Recoil » ou « HIO » (Hole in one)
    Il s’agit de l’une des premières techniques enseignées au Palmer College of Chiropractic, le berceau de la chiropratique, où le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. a suivi sa formation. Cette technique est utilisée sur l’Atlas et l’Axis, soit les deux premières vertèbres cervicales. Cette technique, considérée comme étant l’ajustement spécifique,  consiste à faire chuter la section cervicale sur une table adaptée grâce à un système mécanique appelé « drop ». Il s’agit d’un ajustement rapide et sans douleur qui peut être pratiqué chez les bébés et les jeunes enfants. Généralement, cette technique ne produit pas d’autre bruit que celui de la table. Cette technique est la technique de base du Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. L’alignement du poids de la tête sur ces deux premières vertèbres doit être équilibré avant d’effectuer d’autres corrections plus bas dans la colonne vertébrale (pour en savoir plus, cliquez ici). L’impact de cette technique sur le système nerveux est plus que considérable et les résultats cliniques sont parfois étonnants. À cet égard, il arrive que l’on y ait recours lorsque les autres techniques ne produisent pas les résultats escomptés. » Elle a même entraîné la formation d’une association nommée National Upper Cervical Chiropractic Association (NUCCA).
  • Technique diversifiée
    Sans doute parce qu’il s’agit de la technique de chiropratique la plus enseignée mondialement dans différentes universités, la technique diversifiée est considérée comme étant un simplement un « ajustement chiropratique ». Elle est effectuée avec les mains qui exercent une poussée appelée « trust ». Cette poussée de haute vitesse et de faible intensité sur une seule vertèbre ou sur un segment de vertèbres lui vaut d’être aussi connue sous le nom de « High Speed Low Amplitude » (HVLA). Contrairement à la technique Toggle, il n’est pas rare d’attendre une petite cavitation articulaire.
  • Technique Thompson et « Pierce Stillwagon Technique »  (PST)
    Cette technique est également pratiquée sur une table adaptée qui repose sur un système mécanique appelé « drop ». Il s’agit quand même de faibles poussées, aussi nommées « trust » qui sont considérées comme étant un compromis entre l’ajustement classique (HVLA) et les techniques légères. Au besoin, le docteur en chiropratique peut répéter à quelques reprises cette technique sur la même articulation.
  • Technique Logan (Logan Basic Technique)
    La technique Logan est parmi les techniques chiropratiques les plus légères. Elle convient particulièrement bien aux bébés, aux enfants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées qui souffrent d’ostéoporose. Cette technique consiste à maintenir une faible pression sur un point précis à la base du sacrum afin d’utiliser les muscles fessiers et lombaires comme levier pour balancer l’ensemble de la colonne vertébrale. Cette technique favorise « la diminution des tensions musculaires et l’amélioration de l’équilibre vertébral. »[1] Par ailleurs, elle provoque un ralentissement de la respiration, rétablit la mobilité vertébrale, active les mécanismes d’autoguérison du corps en plus de diminuer les blocages et les douleurs articulaires, notamment au niveau du cou, des épaules, des bras et du dos.
  • Technique Activateur ou « Activator Chiropratic Technique »
    Cette technique doit son nom au petit pistolet,  l’«Activator Gun » utilisé. Il s’agit d’un petit appareil à percussion muni d’un embout et d’un ressort dont la profondeur est ajustable. Lors du traitement, l’appareil permet de maintenir un point de contact localisé et de fournir une impulsion mécanique plus rapide. Elle fait partie des techniques légères et serait la deuxième technique la plus populaire. La technique « activateur » est demandée par les patients qui craignent les « craquements » et est utile pour les patients qui souffrent d’ostéoporose ou d’arthrose.  Elle est tout aussi utile pour améliorer la mobilité d’une articulation ou pour corriger certaines dysfonctions neuromusculosquelettiques.
  • Technique de points gâchette (Trigger Points) ou Nimmo Receptor-Tonus
    Il faut comprendre que les points gâchette sont des zones très irritables qui sont propices à créer des nœuds sensibles. C’est particulièrement le cas à l’endroit où se croisent les muscles. Ces nœuds sont en fait des accumulations de substances toxiques qui occasionnent de la douleur et limitent les mouvements. Le docteur en chiropratique est en mesure d’identifier ces zones de tensions en palpant avec ses mains. Une fois le nœud détecté, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. effectuera des pressions ou des compressions ischémiques pour détendre le nœud et dissiper les substances toxiques. Comme cette technique consiste à travailler sur la zone sensible, il est possible de ressentir un certain inconfort, un peu comme si l’on appuyait sur une ecchymose (un bleu). Il s’agit tout de même d’une technique légère qui ne nécessite pas de poussées (trust) sur les articulations et qui favorise un retour du tonus musculaire. Notez que cette technique est parfois mieux connue sous le nom de son inventeur « Nimmo ».
  • Technique SOT (Sacro Occipital Technique)
    Sans devoir passer en revue tous les détails de cette approche, on peut décrire la SOT comme une technique qui consiste à utiliser des blocs pour détordre ou redresser le bassin. Pour ce faire, on utilise le poids du patient au lieu d’une poussée (trust). Les blocs sont placés selon les besoins spécifiques de la personne traitée alors qu’elle est placée sur le ventre ou sur le dos.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources:
http://chiropratiquesillery.ca/les-differentes-techniques-chiropratiques-utilisees-par-les-chiros-du-quebec/

Posted:

L’importance d’ajuster les hautes cervicales pour un système nerveux en santé

Le présent article fait suite à Petit retour sur les bases qui expliquait plus en détail ce qu’est un ajustement chiropratique, la région des hautes cervicales, l’ajustement des hautes cervicales, ainsi que les techniques utilisées pour l’ajustement des hautes cervicales. Pour lire cet article, cliquez ici.

Rappelons que la région des hautes cervicales comprend les deux premières vertèbres de la colonne vertébrale nommées « atlas » et « axis ». Situées à la base de la tête, elles ont pour fonction de soutenir le poids de la tête, d’assurer son mouvement et de protéger le système nerveux qui relie le cerveau au reste du corps. Il est intéressant de souligner que « la région des hautes cervicales contient une bonne partie de la formation réticulaire, cette dernière est la structure qui régit l’état de conscience d’un individu, tant son niveau d’éveil/sommeil que sa capacité d’assimilation d’information ou l’acuité de ses sens. »[1] Lorsque l’atlas est désaligné, les nerfs qui y passent sont comprimés et la transmission des informations vers le reste des muscles du corps est compromise. À la lumière de ces informations, il ne fait aucun doute que les hautes cervicales jouent un rôle très important dans le maintien d’une santé optimale.

Hautes cervicales

Quelles sont les conditions pour lesquelles l’ajustement des hautes cervicales est utile ?

En regardant la liste qui suit, il serait tentant de croire que l’ajustement des hautes cervicales est la solution miracle à tous les maux. Ce n’est malheureusement pas le cas. Toutefois, un désalignement de l’atlas peut nuire à la transmission des informations du cerveau au reste du corps, ce qui enverra un signal d’alarme ressenti sous forme de douleur ou d’inconfort. Lorsque le système nerveux est libre de toutes interférences, le corps a la possibilité de s’autoguérir. C’est le même phénomène qui se produit lorsque vous cicatrisez naturellement après une coupure causée par une feuille de papier. Voici donc quelques conditions pour lesquelles l’ajustement des hautes cervicales est utile :

  • Acouphène
  • Allergies – rhume des foins
  • Arthrite /arthrose (résultant d’une posture incorrecte)
  • Asthme
  • Asymétrie du bassin, des hanches, des jambes ou des épaules
  • Dépression
  • Diarrhée chronique,  constipation, côlon irritable
  • Difficulté d’apprentissage
  • Douleur dans l’articulation sacro-iliaque
  • Douleur aux épaules
  • Douleur aux jambes, aux genoux, aux pieds, à la hanche
  • Douleurscervicales
  • Douleur lombaire, lombalgie (tour de reins)
  • Épicondylite, syndrome du tunnel carpien, Tennis Elbow, tendinite
  • Épilepsie
  • Fatigue chronique
  • Fourmillement des membres, paresthésie
  • Hernie discale, protrusion des disques
  • Hyperacidité gastrique, gastrite, ulcère gastrique, reflux gastrique
  • Insomnie
  • Mains et pieds froids
  • Mal de dos
  • Mal d’oreille (otite) récurrent
  • Mal de tête, migraine, céphalée
  • Nerfs rachidiens comprimés
  • Névralgie du trijumeau
  • Rotation ou flexion limitée ou douloureuse de la tête
  • Sciatalgie
  • Scoliose fonctionnelle
  • Sinusite chronique
  • Syndrome d’épuisement chronique
  • Syndrome de l’ATM (articulation temporo-mandibulaire)
  • Syndrome de Menière
  • Tachycardie, hypotension,  hypertension
  • Tension musculaire
  • Torticolis, douleur à la nuque
  • Vertiges, trouble d’équilibre

 Témoignages qui démontrent que les ajustements chiropratiques sont utiles pour plusieurs conditions :

Lina Bertrand, 15 février 2015

« J’aime Pascal, car depuis 10 ans il m’a redonné la forme. La chiro a changé ma vie puisque je fais du sport sans douleur. Je suis venue ici il y a 10 ans pour des engourdissements à la jambe et depuis plus rien. Pascal est super et je lui confie toutes sortes de maux auxquels il a toujours une aide précieuse. Faites de même ,vous en serez que mieux. Merci, »

Marie Denis Balu, 4 février 2015

« C[e n]’est pas une thérapie, c’est un miracle. J’ai cru à un certain moment que la vie était finie ou presque. Plus possible de bouger sans être bloquée. C’est comme si à la place de la colonne j’avais un bâton. J’ai laissé mon travail avant l’âge de la retraite. Ma fille m’a fait découvrir Pascal Paquet. Ceci après consultation[s] auprès de plein de spécialistes. Depuis cela fait 10 ans que je consulte ce chirothérapeute [chiropraticien] et je peux mener une vie normale. C’est la vérité.» (Patiente depuis 2006)

Isabelle Pervieux, 29 janvier 2015

« Je n’avais pas réalisé que ça faisait déjà 10 ans que je confie mes vertèbres à Pascal Paquet. Ce chiffre me parle à lui seul : 10 ans que je ne me souviens plus ce que c’est de [m]e réveiller avec une barre dans le dos. 10 ans que je fais plus attention à ma posture et ma condition physique. 10 ans que je peux bouger sans inquiétude. Merci pour tout ça ! Ça n’a pas de prix ! » (Patiente depuis 10 ans, condition initiale : cyphose)

Karine Provencher, 8 janvier 2015

« La chiropratique a changé ma vie, sans blague… Je n’arrivais plus à dormir (dû à un point constant dans le dos) et j’avais constamment mal au genou/cheville. Problème : ma hanche !! Pascal me réajuste et, miracle, je n’ai plus mal (inconfort). Merci ! »(Patiente depuis 7 ans)

Consultez la section « Témoignages » sur notre site web pour connaître l’expérience d’autres patients ou encore pour lire la biographie de notre équipe afin de connaître leur histoire chiropratique.

Quelles sont les causes des subluxations atlanto-axiales ?

Comme nous venons de le voir, les conditions pour lesquelles l’ajustement des hautes cervicales est utile sont nombreuses et variées. Chacune des conditions nommées précédemment a ses propres causes. Pour les besoins du présent article, nous nous limiterons à mentionner quelques facteurs de risque au quotidien. Sachez que vous pouvez avoir une incidence directe sur plusieurs de ces facteurs.

Voici donc une liste non exhaustive des facteurs à prendre en considération :

  • Les accidents de voiture et tout particulièrement ceux impliquant le coup du lapin (whiplash) ou  entorse cervicale : Bien que la vigilance à elle seule ne suffise pas à vous prémunir des accidents, prendre un rendez-vous avec un docteur en chiropratique peut vous aider à vous remettre plus rapidement sur pied. Nous vous recommandons de découvrir le témoignage de notre assistante chiropratique, Mélynda, par le biais de sa biographie pour constater à quel point la chiropratique lui a été salutaire.
  • Les traumatismes : La naissance est le premier traumatisme vécu par l’être humain qui peut désaligner affecter l’atlas. Il en va de même pour les chutes répétées lorsqu’un bambin apprend à marcher, les coups reçus par un adolescent qui pratique des sports de contact, un adulte qui chute d’un cheval ou une personne âgée qui doit être intubée pour une raison de santé. Que dire de notre charmante saison hivernale où le simple fait de marcher sur un trottoir glissant nous amène à faire tout de sorte de contorsion. Les soins chiropratiques bénéficient à tous les membres de votre famille.
  • Le stress et l’anxiété : Si le stress est un précieux atout en situation de survie, ses effets néfastes au quotidien sont de plus en plus dénoncés. Un trop grand niveau de stress ou d’angoisse nous amène à soulever les épaules ce qui créer une tension supplémentaire dans les trapèzes, les omoplates et le cou. Nous vous invitons à lire notre article Prévenir l’anxiété pour des conseils et des astuces à ce sujet.
  • Les mauvaises postures : Être conscient de sa posture dans les activités quotidiennes est accessible à tous et procure de nombreux bienfaits sur le plan de votre santé. Les dangers d’une mauvaise posture sont particulièrement présents pour ceux qui travaillent à l’ordinateur et pour les amateurs de technologies (text neck syndrome).
  • La mâchoire : En raison de sa proximité avec les hautes cervicales, un désalignement de la mâchoire peut influencer l’alignement de l’atlas. Il en va de même pour les gens qui grincent des dents la nuit (bruxisme). Si tel est votre cas, il existe des appareils dentaires à porter la nuit pour protéger vos dents.
  • L’usure due à l’âge : En vieillissant, les disques et l’ossature deviennent plus fragiles. Il peut alors être question d’arthrite, d’ostéoporose, de dégénérescence discale, etc. L’adoption de saines habitudes de vie augmente significativement vos chances  de jouir d’une bonne santé malgré les années. Sachez que si la chiropratique ne peut pas vous ramener à votre état de prime jeunesse, elle peut à tout le moins vous aider à freiner plusieurs conditions dégénératives.

Que faire pour fortifier les hautes cervicales ?

Quelques exercices simples permettent de renforcer les muscles de la région cervicale, qui sont libres de subluxations, dans son ensemble. Le principe est simple : il s’agit de placer ses mains sur une région différente de la tête et de pousser la tête contre les mains qui agissent comme une barrière. Commencer par placer vos mains sur votre front et pousser avec votre tête. Faites la même chose en plaçant vos mains derrière la tête. Placez maintenant une ou deux mains du côté droit de la tête pour faire l’exercice avant de passer au côté gauche. Pour de meilleurs résultats, chacun des exercices peut être fait à raison de trois séries comprenant 10 à 15 répétitions du même exercice. Un autre exercice consiste à rentrer le menton en reculant la tête vers l’arrière sans faire de rotation et de maintenir la pose quelques secondes.

exercice cou

Comment savoir si que mon atlas est désaligné ?

Comme il est impossible de savoir si l’atlas est désaligné sur la seule base des symptômes ressentis, le docteur en chiropratique demeure, par sa formation, un professionnel de la santé tout indiqué pour vérifier l’alignement de votre atlas. Vous pouvez quand même rester à l’écoute de quelques signaux d’alarme, tels que des douleurs au cou, la présence d’inflammation au niveau de la région cervicale, des tensions musculaires dans le cou ou les épaules, des douleurs à la mâchoire, des maux de tête, des vertiges, des étourdissements, des difficultés à avaler, une douleur qui irradie dans les bras, une perte de force dans les bras ou des engourdissements dans les mains. Plusieurs patients qui croyaient que leur douleur était de nature psychosomatique ont obtenu de bons résultats après un ajustement des hautes cervicales.

Ce que la chiropratique peut faire pour vous ?

La thermographie infrarouge, la palpation, les tests d’amplitudes de mouvements et les radiographies sont quelques-uns des outils qui permettent au docteur en chiropratique de vérifier l’état de votre atlas et de poser un diagnostic. Selon vos besoins, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. vous proposera le traitement le plus approprié à votre situation, que ce soit l’ajustement classique des hautes cervicales, la traction cervicale ou un programme d’étirements appropriés. Il saura vous donner des outils pour corriger votre posture et vous suggérer les sports les plus bénéfiques.

En résumé, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. souligne qu’encore aujourd’hui, après 14 ans de pratique, il est impressionné de voir à quel point l’ajustement des hautes vertèbres cervicales peut avoir un impact positif sur l’ensemble des autres vertèbres et combien il peut procurer le bien-être global du corps. Sachant cela, il prend le temps de vérifier systématiquement à chaque visite et pour chacun des patients si cette région est libre de toutes interférences avant de vérifier les autres vertèbres.

Que votre atlas soit bien aligné.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P2X2
Tél. : 514 723-2424

Source :
http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-douleurs-cervicales-faire-des-exercices-_4041.html
http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-quels-sports-choisir-apres-une-hernie-cervicale-_10394.html
http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/au-dos/torticolis-cervicales/douleurs-cervicales-des-causes-multiples_1256.html
http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/au-dos/torticolis-cervicales/hernie-cervicale-tordre-le-cou-a-la-douleur_170.html
https://www.atlantotec.com/fr/
http://chiropratiquesillery.ca/les-differentes-techniques-chiropratiques-utilisees-par-les-chiros-du-quebec/
http://www.chiropratique.com/chiropraticien.html
http://www.kiro.ca/hautes-cervicales/
http://www.physiotherapiepourtous.com/douleur-cervicale/

Posted:

Que faire pour prévenir la hernie discale ? Solutions, trucs et astuces

La prévention est la clé dans de nombreuses conditions médicales.

Ce que la chiropratique peut faire pour vous ? Plusieurs pistes de solutions.

Grâce à un examen physique approfondi comprenant la prise de radiographies, le chiropraticien est en mesure de poser un diagnostic de hernie discale ou d’un ou d’autres problèmes de nature musculosquelettiques. Au besoin, il pourra vous prescrire une IRM de la région suspecte.  Il est important d’obtenir une évaluation à la suite d’une chute ou d’un accident, ou si votre mal de dos persiste plus d’une semaine, car le problème pourrait être plus sérieux.

Selon vos besoins, le Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. pourrait vous suggérer :
. – la glace
. – la thérapie au laser
. – des séances de traction neurovertébrale pour réduire l’inflammation afin deréhydrater le disque
. – des ajustements chiropratiques spécifiques pour ralentir la progression de la hernie discale, pour prévenir d’autres dégénérescences discales qui pourraient se développer en hernie discale et pour atténuer la pression sur les nerfs.

Le docteur en chiropratique peut également vous suggérer des exercices de renforcement pour stabiliser les pertes sensorielles et motrices, vous donner des conseils pour avoir une bonne posture et vous proposer des astuces pour adopter un mode de vie sain. Les patients ressentent généralement un soulagement de leur hernie discale dans un délai de 4 à 6 semaines. Il faut toutefois être conscient que des récidives sont possibles, et ce, particulièrement si vous n’apportez pas de changement à vos habitudes de vie, notamment le maintien d’un poids santé, la pratique d’activités physiques et les bonnes postures au travail.

Chiropratiquement vôtre,

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique
1100, boulevard Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Téléphone : 514 723-2424
Téléc. : 514 723-0364

Sources :
1) http://www.e-sante.fr/hernie-discale-lombaire-on-tout-essaye/actualite/973

2) http://www.e-sante.fr/hernie-discale-quand-disque-deraille/actualite/973
3) http://www.e-sante.fr/hernie-discale-lombaire-quels-symptomes/actualite/973
4) http://www.e-sante.fr/quels-sont-signes-hernie-discale/actualite/973
5) http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/8579-hernie-discale-symptomes-et-traitement 

6) http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hernie_discale_pm

Posted:

Du « kinesio taping » comme pour les athlètes professionnels : un pas pour vous aider à atteindre vos objectifs de remise en forme

Depuis déjà quelques années, la Clinique Solution Santé Chiropratique offre une thérapie appelée « bandage kinésiologique ». Pour vous aider à mieux comprendre cette thérapie complémentaire de plus en plus utilisée sur les terrains de sport, nous vous avons préparé cet article.

Grand_Slam_Moscow_2011,_Set_1_-_083

Les grandes questions sur le bandage kinésiologique :

Qu’est-ce que le bandage kinésiologique ?

Le concept de « kinesio taping » a été inventé en 1973 par le chiropraticien japonais Kenzo Kase. Il s’agit d’un traitement qui utilise des bandes élastiques autocollantes pour soulager les douleurs musculoarticulaires bénignes, pour stabiliser les entorses, pour réduire les tensions musculaires et pour aider à prévenir d’autres blessures.

Bien qu’il existe plusieurs marques de bandes kinésiologiques, la majorité est fabriquée en coton,  sans latex afin d’être hypoallergéniques. Les bandes ont une élasticité modérée semblable à celle de la peau en plus d’un agent adhésif qui permet aux bandes de tenir même lors de la pratique de la natation ou d’exercices intenses. Il faut savoir qu’elles ne contiennent aucun médicament,  donc pas de contrindications. Elles sont hydrofuges et ont une durée de vie jusqu’à cinq jours. Selon les besoins et les préférences du professionnel de la santé, elles sont offertes en rouleaux ou en bandelettes prédécoupées en forme de «I», «X» , «Y» ou d’éventail afin de mieux épouser l’articulation ou le muscle. Certains fabricants proposent même des coupes spécialisées pour les différentes parties du corps. Elles sont également offertes dans différentes couleurs passant du beige couleur peau au bleu électrique, mais cette particularité n’est souvent que pure coquetterie selon la marque utilisée.

 

Quelques synonymes :  Bandes kinésiologiques, kinésio tape, tape, taping, taping  sportif, bandage adhésif thérapeutique bande ou ruban, kinesio taping, kinesiology elastic, bandes thérapeutiques, bandes d’acuponcture, bandes athlétiques…

À qui sert le bandage kinésiologique ?

Plusieurs athlètes olympiques et athlètes professionnels ont recours au bandage kinésiologique pour améliorer leurs performances. Dans les années 1970, le docteur Fish a été un précurseur des bandes élastiques pour protéger les chevilles des basketteurs et un peu plus tard auprès des footballeurs. Le bandage kinésiologique n’est désormais plus réservé qu’à une élite puisque plusieurs professionnels de la santé, dont les chiropraticiens, y ont recours, notamment dans les cas de douleurs chroniques.

Comment fonctionne le bandage kinésiologique ?

Le docteur Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. utilise une ou plusieurs bandes élastiques autocollantes pour soutenir les muscles et les tendons autour de la région problématique. Selon votre condition, il peut être nécessaire d’appliquer plusieurs bandes afin de stimuler neurologiquement les récepteurs de la peau et ainsi augmenter l’activité du système nerveux central et périphérique. Il existe plusieurs techniques d’utilisation du bandage kinésiologique qui reposent essentiellement sur le principe du « strapping » et du « taping ».

Le « strapping » aussi appelé « streching » limite l’amplitude de mouvement, car le bandage est posé en l’étirant. Cette technique a un effet thérapeutique structurel. En fait, lorsqu’un muscle est enflammé, l’espace entre la peau est le muscle est comprimé, ce qui met également de la pression sur la circulation lymphatique et la circulation sanguine. Cette situation crée une sensation de douleur au niveau la zone touchée. En étirant la peau lors de la pose de la bande autocollante, des plis s’y formeront permettant ainsi de surélever légèrement la peau. Ce faisant, il y aura plus d’espace entre la peau et le muscle ainsi qu’un meilleur drainage lymphatique et sanguin. Par ailleurs, la bande maintient le muscle dans une position étroite formant une barrière mécanique aux mouvements ou aux amplitudes de mouvements qui pourraient être potentiellement dommageables. Cette technique permet d’améliorer la mobilité articulaire et le réflexe myotatique, soit une contraction du muscle en réponse à son propre étirement.

À l’inverse, il s’agit de « taping » lorsque la bande est posée sans être étirée. Dans ce cas, l’effet thérapeutique sera neurosensoriel et neurologique puisque la bande touche la peau. En réalité, le contact et l’effet de friction entre la peau et la bande réduiront la pression sur les récepteurs de la douleur. Du même coup, il y aura une diminution de la douleur perçue. Cette technique semblerait réduire la fatigue musculaire, augmenter l’amplitude de mouvement et améliorer la qualité de la contraction musculaire.

KinesioTaping

Quelles sont les utilisations du bandage kinésiologique ?

Lorsqu’elles sont bien appliquées, les bandes kinésiologiques sont utiles pour :

  • soulager les problèmes d’ordres musculosquelettiques, ce qui  est exactement le champ d’expertise des chiropraticiens
  • prolonger les effets de la séance chiropratique, notamment sur le plan de la douleur et du drainage lymphatique
  • stimuler le système proprioréceptif et neuromusculaire
  • rétablir l’équilibre postural
  • redonner du tonus aux muscles gastrocnémiens
  • protéger et restaurer une articulation sans inconfort et peu contraignante
  • favoriser la récupération et aider lors d’efforts
  • soulager les problèmes d’ordre mécanique
  • protéger un tissu qui a besoin de récupération en sécurisant l’amplitude de mouvement lors d’activités quotidiennes ou sportives
  • soulager la  périostite tibiale, une forme de microtraumatisme répété qui touche le tibia et le tissu conjonctif. Un problème fréquent chez les coureurs, les personnes ayant les pieds plats et celles qui suivent un entraînement militaire

La coupe en «L» est considérée comme la coupe universelle puisqu’il s’agit seulement d’un tronçon droit similaire à celui obtenu en coupant une bande du rouleau original de bande kinésiologique. Sa forme simple permet de juxtaposer plusieurs bandes pour répondre aux besoins thérapeutiques spécifiques. Elles sont utiles pour soulager la douleur, favoriser la guérison ainsi que soutenir les muscles et les articulations.

La coupe en «X» permet de réduire les petits maux et douleurs qui reviennent quotidiennement. Par exemple, les maux de dos ressentis par les camionneurs, les douleurs aux hanches et aux genoux bien connues des gens qui travaillent essentiellement debout, tels que les caissiers, les serveurs ou les vendeurs, alors que ceux qui travaillent à l’ordinateur sont plutôt aux prises avec des douleurs aux épaules, aux coudes et aux poignets. Chez les sportifs, la coupe en «X» est souvent utilisée, notamment au niveau du genou, lorsqu’un muscle est sursollicité ou qu’il a subi une blessure.

La coupe en «Y» est utile pour entourer les extrémités du corps, à savoir les genoux, le bas du dos, le cou et les épaules. La coupe en éventail permet de couvrir une zone plus large, ce qui peut être pratique notamment pour soutenir le bas du dos. Ces techniques d’application ressemblent un peu à celles de la coupe en « X ».

Quels sont les contrindications et les inconvénients liés au bandage kinésiologique ?

Malgré la couverture médiatique dont le bandage kinésiologique bénéficie grâce aux athlètes professionnels et olympiques qui l’utilisent, il faut savoir que le bandage kinésiologique n’est pas un traitement magique ou une cure miracle. Il amplifie simplement les mécanismes physiologiques que le corps possède déjà.

Par ailleurs, ces bandes ne doivent pas être appliquées sur une plaie ouverte, sur une personne éprouvant des allergies aux composantes de la colle ou qui présente des pathologies dermatologiques au niveau de la région à traiter.

Notez également que ces bandes autocollantes ne sont pas réutilisables. C’est-à-dire qu’elles deviennent inutilisables une fois qu’elles ont été retirées de la peau. Elles doivent donc être renouvelées régulièrement.

Bien que certaines capsules vidéos prétendent que la pose de bandes kinésiologiques puisse se faire soi-même, il faut être conscient que l’emplacement, la direction et la tension des bandes ont une grande influence sur la réussite de la thérapie. Les erreurs de poses sont généralement responsables de l’inefficacité du traitement. Une augmentation du déséquilibre antérieur peut même être constatée. Pour ces raisons, il est préférable de faire appel à l’expertise anatomique d’un professionnel de la santé.

Kinesiotaping

Ce que la chiropratique peut faire pour vous

Grâce à un examen physique et radiologique approfondi, le chiropraticien est habileté à détecter les problèmes musculosquelettique et à identifier leurs causes. Il peut également réduire ou corriger le problème et ses sources grâce à diverses techniques. Le bandage kinésiologique est une technique complémentaire à la chiropratique au même titre que la thérapie au laser, la traction neurovertébrale ou l’application de glace.

Pour aller plus loin

Voici quelques études qui appuient le bandage kinésiologique par rapport à la douleur, à l’œdème ou à l’activation musculaire :

  • Thelen et al (2008). Douleur d’épaule.  Journal of orthopedic and sports.
  • Erkan Kaya et al (2011). Douleur d’épaule. Clinic rheumatology.
  • Eda Akbas et al (2011). Douleur fémoro-patellaire. Acta orthopaedica et traumatologia Turcica.
  • Han Ju Tsai et al (2008). Supportive care in cancer. Journal of the multinational association of supportive care in cancer.
  • Anna SLUPIK et al (2007). Augmentation activation du vaste medial, EMG. Medsports Press.
  • Yin-Hsin Hsu et al (2009). Augmentation activité trapèze inférieur, EMG. Journal of electromyography and kinesiology

Bon début d’année !

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424
Télec. : 514 723-0364

Sources :
http://www.acupuncture-sales.com/fr/produits/15-bandes-kinesiologiques.html#.VjKCZNIvemw
http://www.irbms.com/taping-en-sport
http://www.irbms.com/wp-content/uploads/2012/12/daufrene-k-taping.pdf
http://www.irbms.com/wp-content/uploads/2012/12/ferrari-k-taping-podologie.pdf
http://spidertech.com

Sources (images) :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Grand_Slam_Moscow_2011,_Set_1_-_083.jpg
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:KinesioTaping.png
https://no.wikipedia.org/wiki/Kinesiotape

Posted:

L'hernie discale, notre solution

Une solution pour…

Silhouette décompression

  • Hernie discale cervicale et lombaire
  • Arthrose facettaire, hypomobilité, spasmes musculaires cervicaux et lombaires
  • Discopathie, douleurs articulaires, douleurs discogénétiques cervicales et lombaires
  • Diminution de l’espace discal (dégénérescence) cervical et lombaire

La décompression neurovertébrale comparativement à la traction

La table de décompression vertébrale informatisée permet de soulager les douleurs musculosquelettiques et les problèmes de disques intervertébraux tel que les hernies discales, la discopathie, l’arthrose facettaire et la diminution de l’espace discal. À la Clinique Solution Santé Chiropratique, nous utilisons la table de traction Triton DTS de Chattanooga qui est munie de nombreux dispositifs pour améliorer le confort du patient ainsi que plusieurs options de traitements pour à adapter au  cas particulier de chaque patient.

L’appareil est guidé par ordinateur afin de provoquer une décompression, c’est-à-dire une traction ou un étirement, de la partie du corps visée par le traitement. Cette technique permet d’accroître la circulation du liquide à l’intérieur des disques et des articulations ce qui diminuent les symptômes et la douleur.

Bien que basée sur le principe de traction, la principale différence entre la traction traditionnelle et la décompression réside dans le fait que la décompression est assistée par ordinateur. Dans les faits, cette petite différence est très importante. En effet, la technologie permet de créer une phase de prétention qui prépare le muscle et la colonne à recevoir la décompression permettant d’obtenir des niveaux plus élevés de réhydratation du disque et de décompression vertébrale. Contrairement à la traction traditionnelle, il y a une progression dans la force utilisée au cours d’un même traitement ce qui permet au corps de rester détendu et au traitement d’être plus confortable et plus efficace au niveau des disques intervertébraux. Selon l’appareil utilisé, le traitement peut être ciblé sur l’ensemble de la colonne ou précisément sur un ou deux disques.

Vertèbre compresséeVertèbre décompressée
              Vertèbre compressée                             Décompression neurovertébrale

Le traitement

  • Non invasif ; non chirurgical; sans médicament.
  • Supervisé par un professionnel de la santé, titulaire d’un doctorat.
  • Approuvé par Santé Canada, par la FDA et par, les agences de sécurité d’Amérique du Nord  (UL, cUL, ETL, cETL, MET, cMET)
  • Certifié  normes ISO13485, EN46001 et FDA-QSR  et inventé par un médecin canadien
  • Doux : le traitement débute par une phase de prétention et qui se termine par une phase de régression atténuant ainsi les contractions et offrant un plus grand confort.
  • Efficace pour une multitude de conditions du dos et du cou.
  • Sécuritaire : de nombreuses études cliniques prouvent les bienfaits des traitements de décompression qui sont administrés, chaque jour, à plus de 3 000 personnes à travers le monde.

Traction MTM

Les bienfaits

  • Soulage la colonne vertébrale
  • Permet la migration du noyau pulpeux vers le centre du disque
  • Améliore / augmente :
    La circulation et l’irrigation sanguines des tissus
    L’amplitude des mouvements et la mobilité vertébrale
    La qualité du sommeil
    La réhydratation et la régénérescence du disque
    La souplesse de la capsule, des facettes articulaires et des disques
    L’espace entre les vertèbres
    Le volume du disque
  • Réduit :
    La douleur, la sensation de brûlure, les engourdissements
    La pression sur les nerfs
    La tonicité musculaire
    Le gonflement discal
    Les tensions musculaires et ligamentaires
    L’inflammation
    L’ œdème
  • Étire :
    La capsule, les articulations des facettes et les disques intervertébraux
    Les ligaments et les tendons

décompression

Les questions fréquemment posées

1) Combien de séances sont nécessaires ?
Le nombre de traitements dépend du diagnostic, de la gravité de la condition traitée et de votre état de santé. En général, il faut compter une vingtaine de séances de décompression pour obtenir un soulagement durable.

2) Quelle est la durée du traitement  ?
Tout comme le nombre de séances nécessaires, la durée du traitement dépend de la condition traitée, de la sévérité et de votre cas et de votre santé. En moyenne, il faut compter entre 15 et 30 minutes par visite.

3) Est-ce fait pour moi ?
Le traitement de décompression vertébrale est indiqué si vous souffrez d’une douleur lombaire ou cervicale résultant d’une hernie, d’une inflammation ou d’une protubérance discale. Le docteur Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. se fera un plaisir d’évaluer votre condition et de vous proposer le traitement le plus approprié à votre condition. Si vous présentez une contre-indication, notre équipe sera en mesure de vous orienter vers une autre option telle que la chiropratique, le laser ou autre.

4) Quelles sont les contre-indications ?
Le traitement de décompression compte certaines contre-indications: tumeur ou infection des os; fracture vertébrale, foulure aigüe, entorse, inflammation; ostéoporose ou de polyarthrite rhumatoïde avancée; problèmes vasculaires, cardiaques ou pulmonaires; état où le mouvement est contrindiqué; grossesse. Il faut également mentionner que ce traitement n’est pas recommandé pour une personne présentant des facteurs compromettant l’intégrité de la colonne et des disques tels qu’une chirurgie récente de la colonne ou de l’abdomen ou la présence de vis, de plaques de métal ou de disques artificiels.

5) Quels sont les effets secondaires?
Contrairement à d’autres options thérapeutiques, la décompression discale n’est ni toxique ni invasive. Certains patients peuvent ressentir  de l’inflammation , des spasmes musculaires ou des douleurs lancinantes dans les bras ou les  jambes. En cas d’inflammation, la  glace est un merveilleux allié alors  qu’il suffit généralement de diminuer l’intensité du traitement si vous ressentez une douleur quelconque.

____________________________________
Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique Inc.
1100 boulevard Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec) H2P 2X2
Téléphone : 514 723-2424
www.cliniquesolutionsante.com

Posted: