Blogue

Pourquoi amener son enfant chez le chiropraticien ?

Ce n’est plus un secret pour nos fidèles lecteurs, la prévention jumelée à de saines habitudes de vie est indispensable pour maintenir une santé optimale. Pourtant, certains de nos plus anciens patients sont encore surpris d’apprendre que la chiropratique est tout à fait indiquée pour leurs tout-petits, et ce, dès leur naissance. Bien entendu, la force et les techniques utilisées sur un bébé ou un jeune enfant sont très différentes de celles utilisées pour un adulte. Il n’en demeure pas moins que la chiropratique est un précieux allié pour la santé de votre enfant. Voici cinq bonnes raisons de prendre un rendez-vous annuel pour votre enfant chez le chiropraticien.

1) Surmonter les traumatismes de la naissance

Pour des raisons évidentes, le corps de la femme subit un important stress tant lors de la grossesse que de l’accouchement. Pourtant, nous oublions parfois que l’accouchement est également un évènement traumatisant pour le corps du bébé. Vous n’avez qu’à penser aux nombreuses manipulations qui sont nécessaires pour permettre à l’enfant de voir le jour et le choc de la première respiration qui ont inévitablement lieu lors d’un accouchement naturel. Il est également possible que le nouveau-né connaisse des complications, qu’il soit mis au monde par césarienne ou même que l’utilisation de forceps ou de ventouse soit nécessaire.

« Certaines études suggèrent que les subluxations peuvent débuter alors que le bébé se trouve à l’intérieur du ventre de sa mère. Elles seraient dues à un mauvais positionnement in utero, à une restriction de mouvement du fœtus ou à une exposition à des toxines. »[i] Par la suite, une subluxation non traitée peut occasionner des coliques, des pleurs sans raison apparente, un faible appétit, des difficultés à prendre le sein lors de l’allaitement, des troubles de sommeil, des problèmes respiratoires et même des réactions allergiques.

2) Régler certains troubles posturaux

En tant que parent, vous pourriez faire quelques observations qui vous mettraient la puce à l’oreille sur la possibilité que votre enfant souffre de troubles posturaux. Voici une liste non exhaustive de quelques éléments à prendre en considération :

Les vêtements : Regardez la manière dont les vêtements tombent lorsque votre enfant est debout. Normalement, les vêtements devraient visuellement être droits à moins qu’ils possèdent un design asymétrique. Est-ce que le bas de son chandail ou de sa jupe est parallèle au plancher ? Est-ce que ses vêtements sont systématiquement plus longs d’un côté que de l’autre ?

– Les chaussures : Prenez la paire de chaussures préférée de votre enfant afin de comparer l’usure entre les deux chaussures. Est-ce que l’usure est plus marquée sur une chaussure que l’autre ? Est-ce que les deux côtés de la semelle d’une même chaussure sont usés de manière inégale ?

La posture de travail : Observez la manière dont votre enfant s’applique à colorier, à lire ou à écrire. Se penche-t-il très près de son travail ? Avez-vous l’impression que son nez est à une proximité exagérée avec l’objet dont il porte son attention ? Revient-il à cette position quelques instants après lui avoir fait remarquer sa mauvaise posture?

La posture devant l’écran : Prêtez attention à la façon que votre enfant adopte lorsqu’il tient un téléphone cellulaire ou un jeu vidéo portatif ainsi qu’à la façon dont il regarde l’écran de l’ordinateur et de la télévision. Est-ce qu’il a tendance à pencher l’avant du corps pour se rapprocher de l’écran ?  Est-ce qu’il avance la tête et étire le cou en avant des épaules ?

Ce qu’il verbalise : Il est possible que votre enfant ressente un malaise qu’il lui est difficile d’expliquer et pour lequel vous ne trouvez pas de cause apparente telles qu’une ecchymose, une coupure ou une éraflure. Est-ce que votre enfant se plaint de douleur, ou d’inconfort ?

Bien entendu, il ne s’agit là que de quelques signaux avant-coureurs reliés à des problèmes de postures qui peuvent être reliés à une autre condition physique ou être simplement le fait d’un évènement isolé. Il n’y a peut-être aucune raison de s’inquiéter. Le mieux est de vérifier si la situation se répète. Si tel est le cas, vous devriez prendre rendez-vous pour un examen chiropratique afin de déterminer les causes qui y sont rattachées. Un examen chiropratique complet comprenant les examens neurologiques, musculaires, squelettiques, orthopédiques et parfois même radiographiques. Le docteur en chiropratique sera en mesure de remarquer les problèmes posturaux notamment la scoliose,  une différence de longueur entre les jambes ainsi que des faiblesses en ce qui touche aux articulations, aux os, aux muscles et aux nerfs. Une fois le diagnostic établi, le chiropraticien vous donnera ses meilleures recommandations ainsi que les actions à entreprendre pour stabiliser et améliorer la condition de votre enfant. La chiropratique aidera votre enfant à améliorer sa coordination et son équilibre[ii]. Tout au long de son développement et prévenir les troubles neuromusculosquellettique dès la petite enfance est primordial.

 

3) Permettre au corps de s’autoguérir

Le corps humain est drôlement bien fait parce qu’il est capable de s’autoguérir lorsque la communication entre le cerveau et les différentes parties du corps se passe bien. C’est exactement le processus qui survient lorsque vous vous coupez le bout de doigt avec une feuille de papier. Une petite douleur lancinante vous rappelle que votre équilibre naturel a été perturbé alors que le cerveau reçoit le signal d’entamer le processus d’autoguérison sans que vous ayez besoin d’y penser ni de prendre un comprimé ni d’appliquer quoi que ce soit dessus. Bien entendu, ce processus demande un certain temps. Selon la gravité de l’incident, il est parfois nécessaire de lui donner un petit coup de pouce en prenant un médicament ou en consultant un professionnel de la santé. La chiropratique est à votre service pour s’assurer que la communication entre votre cerveau et le reste du corps soit fluide. Le corps pourra ainsi poursuivre son processus de guérison.

4) Aider l’enfant à utiliser son énergie pour son bien-être plutôt qu’à trouver un équilibre pour ses blessures

Comme nous l’avons vu précédemment, le moment qui marque la venue au monde de votre enfant comporte déjà son lot de perturbations physiques qui ne font que commencer. À peine capable de se déplacer, votre petit bébé découvre son monde en apprenant à soutenir sa lourde tête. Il part ensuite explorer son environnement en rampant d’abord et ses premiers pas s’accompagnent d’innombrables chutes. Avant même qu’il parvienne à marcher, sa colonne vertébrale et ses articulations auront été mises à rude épreuve. Durant son enfance, les occasions de blessures sont pratiquement inévitables entre les incidents sportifs, ses apprentissages malhabiles et son sac à dos probablement trop lourd et mal ajusté. Ses poussées de croissance l’amèneront vers l’adolescence où il compromettra sans le savoir sa santé vertébrale en multipliant ses postures inadéquates devant l’ordinateur, ses jeux vidéo et son téléphone cellulaire.

Tout au long de sa vie, du petit embryon qu’il était jusqu’au moment de sa mort, son cerveau sera en développement. Cet organe possède la fabuleuse caractéristique de se modifier et s’adapter à ses – trop nombreuses – blessures pour chercher un certain équilibre. En d’autres mots, le corps élabore des mécanismes de défense qui viennent en quelque sorte ankyloser la région atteinte pour limiter la douleur et lui permettre de continuer à vaquer à ses occupations quotidiennes. C’est un phénomène tout à fait naturel, qui touche autant les adultes que les enfants, et qui explique pourquoi nous ressentons parfois peu ou pas de symptômes malgré la présence d’une maladie ou d’une condition particulière. Le problème est que ce processus d’autorégulation crée « des patrons de protection autour des subluxations qui rendent sa correction à long terme plus difficile et surtout moins durable. »[iii] La bonne nouvelle, c’est qu’il est normalement plus facile et rapide de traiter un problème récent qu’un problème qui traîne depuis plusieurs années. Il est donc préférable de faire vérifier l’état de la santé neuromusculaire de votre enfant lorsque survient une chute ou un accident même s’il ne ressent pas de conséquences immédiates. Comme le dit si bien l’adage, « mieux vaut prévenir que guérir ».

5) Profiter de tous les bienfaits de la chiropratique

La chiropratique aide le corps à maintenir son équilibre et sa capacité innée de s’autoguérir. Bien qu’elle soit utile pour soulager et corriger de nombreuses conditions,  elle devient un merveilleux outil pour vous permettre de conserver un état de santé optimal et prévenir l’apparition de problème neuromusculosquelettiques.Grâce à un système imunitaire fort, votre enfant sera en meilleure posture pour combattre le rhume[iv], la grippe,[v], les sinusites et les maux d’oreilles[vi] en plus de supporter son système respiratoire en cas d’asthme ou d’allergie [vii].

En plus des traitements de soulagements, de corrections et de prévention, le docteur en chiropratique aide votre enfant à renforcir son système immunitaire, l’outille pour prendre sa santé en main, à prendre conscience de l’importance de sa posture au quotidien et l’encourage à faire de l’activité physique et à adopter de saines habitudes de vie.

Concrètement, la chiropratique soutient votre enfant en optimisant sa concentration et ses capacités d’apprentissage.[viii]  Les résultats chiropratiques sont bien réels puisqu’une étude de l’Université du Mississippi conclut que les manipulations chiropratiques ont le potentiel de devenir une intervention importante et non médicamenteuse pour les enfants avec hyperactivité »[ix]. Durant cette étude, cinq enfants hyperactifs sur sept ont connu une amélioration de leur comportement comparativement au groupe suivant un traitement placebo.[x]

Il ne fait aucun doute que les bienfaits de la chiropratique sont nombreux pour votre enfant même s’il est en parfaite santé.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Source :

CLINIQUE SOLUTION SANTÉ CHIROPRATIQUE INC. 2015-2018. Une solution santé pour les professionnels, les sportifs et toute la famille, publié en au http://www.cliniquesolutionsante.com/

MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

VISION SANTÉ. Inconnu. Le déficit de l’attention/hyperactivité: Alternatives naturelles, publié au http://www.vision-sante.net/deficit_de_l_attention_hyperactivite_prevention.html

Références :

[i] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[ii] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[iii] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[iv] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[v] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[vi] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[vii] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[viii] MON CHIRO. 2016. 10 raisons d’amener un enfant en parfaite santé chez le chiropraticien, publié en ligne le 17 novembre 2017 au https://www.monchiro.ca/blogue/10-raisons-d-amener-un-enfant-en-parfaite-sante-chez-le-chiropraticien

[ix] VISION SANTÉ. Inconnu. Le déficit de l’attention/hyperactivité: Alternatives naturelles, publiées au http://www.vision-sante.net/deficit_de_l_attention_hyperactivite_prevention.html

[x] VISION SANTÉ. Inconnu. Le déficit de l’attention/hyperactivité: Alternatives naturelles, publiées au http://www.vision-sante.net/deficit_de_l_attention_hyperactivite_prevention.html

Posted:

Prévenir les blessures sportives avec nos 5 conseils

En sachant que « [p] lus de 30 % des blessures traitées dans les cliniques de médecine sportive sont liées aux muscles squelettiques »[i], il nous apparaît important de vous  prodiguer nos cinq conseils pour prévenir les blessures sportives.

Conseil #1 : Ajouter un chiropraticien à la liste de vos professionnels de la santé

L’Association Chiropratique Canadienne insiste sur le fait que les chiropraticiens « sont généralement considérés comme des experts de la colonne vertébrale, des muscles et du système nerveux à qui on fait appel pour traiter des blessures dues au sport. Pourtant, ils ne font pas que traiter les blessures à la colonne vertébrale, aux muscles et au système nerveux; ils peuvent aussi fournir des soins d’urgence de blessures sportives, effectuer des examens précompétition et même agir comme spécialistes des blessures sportives et travailler avec les entraîneurs et autres professionnels de la santé dans l’intérêt général du sportif. Ces rôles font tous partie de la grande catégorie des soins de santé aux sportifs. »[ii]

À travers notre article Le sport à l’avant-scène, nous vous avions déjà fait un petit topo de la chiropratique sportive, de ses bienfaits ainsi que de son rôle marqué auprès des athlètes professionnels, des équipes sportives professionnelles et des Jeux olympiques.  En plus de faire un bilan de votre état de santé neurologique, musculaire et vertébral, le docteur en chiropratique peut vous aider à améliorer vos performances, limiter les risques de blessures, réduire les douleurs ressenties et vous fournir une liste d’exercices adaptés à votre condition. Ce n’est pas pour rien que 80 % des équipes sportives professionnelles ont recours à des soins chiropratiques.[iii]  Si la chiropratique aide de nombreux athlètes de niveau professionnel, imaginez ce qu’elle peut faire pour vous. C’est un professionnel de la santé qui devrait faire partie de vos rendez-vous de santé annuels. [iv]

Conseil #2 : Prenez 15 minutes pour faire des échauffements

Votre séance d’exercice devrait normalement être précédée d’une séance d’échauffement comprenant des étirements statiques et des étirements dynamiques. [v] Les étirements statiques sont ceux où vous maintenez une posture pendant quelques secondes pour étirer un groupe de muscles alors que les étirements dynamiques sont ceux qui se font en mouvement. Tenir votre pied pour étirer les quadriceps est un exemple d’étirement statique alors que les fentes avant, mieux connues sous leur nom anglais « lunges », sont un exemple d’étirement dynamique. En plus de préparer votre corps à votre séance d’exercice, les échauffements  permettent de réduire les risques de blessures et d’améliorer les performances. Ne négligez donc pas les bienfaits qu’ils peuvent vous apporter. [vi]

Conseil #3 : Buvez et mangez judicieusement

L’importance de l’eau dans notre quotidien et les effets néfastes de la déshydratation (http://www.cliniquesolutionsante.com/avez-vous-de-leau/) sont des sujets qui sont toujours d’actualité dans le domaine de la santé. Vous pouvez consulter notre dossier sur le sujet (ici).  Il ne fait aucun doute que les efforts demandés lors d’une activité physique requièrent une bonne hydratation pour remplacer l’eau perdue par la sudation. « Dans le cas d’une activité physique intense, les électrolytes (comme les boissons pour sportifs), les hydrates de carbone et les protéines constituent des éléments importants avant et après l’entraînement »[vii]. En plus d’influencer la performance, une alimentation adéquate permet de refaire le plein d’énergie et d’améliorer la réparation des tissus. [viii]

Conseil #4 : Reposez votre corps  

Le mois dernier, nous vous avons mis en garde sur le fait qu’un repos insuffisant et les mouvements répétitifs étaient en partie responsables des lésions de surmenage. C’est exactement ce qui se passe lorsqu’une personne « fait trop d’exercice[s] sans se laisser une période de récupération suffisante par la suite » [ix]. Cette condition porte alors le nom de blessure de surentraînement. Les conséquences vont de la fatigue aux blessures en passant par une diminution des performances et du système immunitaire.[x]

Conseil #5: Ne négligez pas les petits ou gros bobos

Comme nous venons de le constater, les sportifs ne sont pas immunisés contre les risques de blessures. Le danger résulte dans le fait de surestimer la capacité naturelle de notre corps à se guérir ce qui peut occasionner une aggravation du problème[xi] ou une mauvaise guérison de la région entraînant, par exemple, un débalancement de la posture ou une pression accrue sur les muscles et les ligaments voisins. Il est toujours préférable de prévenir l’aggravation des symptômes en faisant appel à un professionnel de la santé qualifié dont font partie les docteurs en chiropratique. [xii]

Le changement de saison apporte un lot d’efforts physiques comme corder du bois, monter le tempo, couper les fleures ou sortir notre sac de golf parce que vous n’avez pas assez joué cet été. Il est donc important d’appliquer les mêmes conseils mentionnés ci-haut avant d’entamer un effort physique.

 

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

 

Pour aller plus loin :

* Allez bougez Canada ! L’importance d’une bonne posture pour la santé vertébrale
*Prévenir les blessures aux hanches, aux genoux et aux chevilles par la chiropratique
*Le sport à l’avant-scène
*Faites de votre remise en forme une réalité

Sources :

ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

CLINIQUE SOLUTION SANTÉ CHIROPRATIQUE INC. 2016. Le sport à l’avant-scène, publié en ligne le 1er juin 2016  au http://www.cliniquesolutionsante.com/le-sport-a-lavant-scene/

Références :

[i] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[ii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publié en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[iii] CLINIQUE SOLUTION SANTÉ CHIROPRATIQUE INC. 2016. Le sport à l’avant-scène, publié en ligne le 1er juin 2016  au http://www.cliniquesolutionsante.com/le-sport-a-lavant-scene/

[iv] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[v] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[vi] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[vii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[viii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[ix] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[x] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[xi] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

[xii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 4 mesures pour prévenir les blessures sportives, publiées en ligne le 16 août 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/4-mesures-pour-prevenir-les-blessures-sportives/

Posted:

L’ABC de la santé de nos jeunes

Même si les belles journées estivales s’étirent encore, il y a des changements palpables dans l’air ne serait-ce que le retour en classe ou au travail de plusieurs. Pour l’occasion, nous nous sommes amusés à créer une journée typique d’un enfant qui adopte de saines habitudes de vie en y insérant quelques informations pertinentes pour vous permettre de faciliter le retour à une routine saine et équilibrée. Si vous êtes pressés, voici les liens vers les principaux articles sujets abordés.

Le sac à dos :
UN SAC À DOS LÉGER ET BIEN AJUSTÉ : UN DOS EN SANTÉ!
Rentrée scolaire
L’importance d’un sac bien ajusté
Les conseils de la section Sac en tout genre de  notre article Les postures debout – sac à dos, sac à main, chaussures, etc.

Le sport et le vélo :
Guide pour la santé vertébrale de vos enfants
Allez bougez  Canada (appli)
Prévenir les blessures aux hanches, aux genoux et aux chevilles par la chiropratique
– Les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes
–  Préparez votre saison de bicyclette 
Un vélo bien ajusté
Un cycliste bien positionné
Vélo et chiro, un duo gagnant

L’alimentation :
– Un petit résumé de ce que suggère le Guide alimentaire canadien à travers l’article La perte de poids

Les bonnes postures :
Les postures assises
Une super posture pour une super  santé !
11 astuces pour utiliser votre cellulaire sans engendrer un text-neck syndrome

L’ergonomie du bureau à la maison
Des devoirs et des leçons efficaces 

L’attention en classe
Le trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H)

Le sommeil
– Le sommeil dans tous ses états ! 

La chiropratique pour les jeunes
Préparez vos enfants à un avenir éclatant
Ado et chiro, quel beau duo ! 

Je me réveille et je prends un petit déjeuner de champion

Pour limiter les fringales et favoriser la concentration en classe, il est recommandé de manger un petit déjeuner protéiné dans les trente minutes suivant le réveil. Il est préférable d’éviter les aliments riches en sucres et en gras tels que les confitures, les tartinades au chocolat et les viennoiseries. Voici quelques idées nutritives pour commencer la journée du bon pied :

– Un bol de céréales musli agrémenté de fruits frais de saison

– Un bol de gruau nature avec des cubes de pomme ou de poire, une pincée de cannelle et un filet de mélasse ou de sirop d’érable

– Des biscuits à déjeuner trois ingrédients (recette ici)

– Une tortilla recouverte de beurre d’arachide dans lequel vous enroulez une banane

– Une crêpe faite à base de gruau et de banane servie avec des baies (recette ici)

– Du pain doré à base de pain de grains entiers avec un filet de sirop d’érable et un fruit

– Une tranche de pain de seigle avec un œuf à la coque ou des cretons maison.

Je prépare mon sac que j’ai soigneusement choisi

Les marcheurs et ceux qui empruntent le transport en commun ainsi que les étudiants qui traînent leur sac entre les différents locaux sont nombreux à préférer le sac à dos pour trimbaler leurs affaires et ont tout intérêt à faire particulièrement attention au choix de leur sac. Pour vous aider à trouver un sac optimal, l’Association des chiropraticiens du Québec a mis sur pied la trousse « UN SAC À DOS LÉGER ET BIEN AJUSTÉ : UN DOS EN SANTÉ! » destinée au milieu scolaire alors que nous avons  deux options destinées aux parents avec l’article la Rentrée scolaire et L’importance d’un sac bien ajusté. Vous y trouverez des détails sur les caractéristiques à rechercher, la façon de le porter et même le poids maximal que vous devriez porter.

Cela dit, les étudiants ne sont pas les seuls qui devraient faire attention à la façon qu’ils utilisent leur sac. Les travailleurs qui apportent leur lunch au bureau, les professionnels avec leur mallette, les sportifs avec leur sac d’entraînement, les dames avec leur sac à main et ceux qui font leurs emplettes auraient tout intérêt à suivre les conseils de la section Sac en tout genre de  notre article Les postures debout – sac à dos, sac à main, chaussures, etc..  Quelques conseils à retenir : répartissez le poids de chaque côté du corps, changez régulièrement le côté du corps sur lequel vous transporter votre sac s’il ne possède qu’une courroie et limiter le poids de votre sac en épurant régulièrement son contenu.

Je me rends à l’école à pied, en vélo ou en patins à roues alignées

Bien entendu, la distance entre la maison et l’école de même que la température extérieure peuvent limiter la possibilité d’intégrer l’activité physique lors des déplacements. Toujours est-il que  l’Agence de la santé publique du Canada recommande aux enfants âgés entre 5 et 11 ans de faire une heure d’activité physique énergique par jour afin de solidifier leurs muscles et leurs os tandis que les adolescents entre 12 et 17 ans auraient avantage à miser sur des activités aérobiques et musculaires à raison de trois séances d’une heure par semaine. Les adolescents amélioreraient leur santé et leur bien-être général en pratiquant le patinage, le vélo, la planche à roulettes, la course, le soccer, le ski de fond ou plus simplement en optant pour les modules de jeux du parc du quartier.[i]

Il y a quelques années, l’Association chiropratique canadienne proposait un Guide pour la santé vertébrale de vos enfants (https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/17491/) qui rappelait l’importance d’un mode de vie sain et actif pour améliorer la concentration et la santé vertébrale de vos enfants. Bien entendu, ces conseils pleins de bons sens sont toujours utiles. Rappelons  que l’activité physique aide à vaincre l’obésité, gérer le stress, renforcir les os, accroître la flexibilité et améliorer la posture.[ii]  Ces conseils pleins de bons sens s’appliquent également aux adultes.

Si la thématique du vélo vous intéresse, nous vous suggérons de découvrir nos articles Préparez votre saison de bicyclette, Un vélo bien ajusté, Un cycliste bien positionné ainsi que Vélo et chiro, un duo gagnant.

Je mange un repas équilibré

La nutrition est un sujet qui alimente de nombreuses discussions et qui ne fait pas toujours l’unanimité entre les spécialistes de l’alimentation. Pour les intéresser, nous vous avions préparé un petit résumé de ce que suggère le Guide alimentaire canadien à travers l’article La perte de poids par le passé qui est toujours d’actualité. Pour simplifier les choses, essayez de consacrer la moitié de votre assiette aux légumes, le quart avec une protéine et l’autre quart avec un produit céréalier. Choisissez autant que possible des grains entiers ainsi que des légumes verts ou orange et limitez l’ajout de gras, de sel et de sucre.  Nous vous proposons quelques options :

– Faites un sandwich en remplaçant le pain par un concombre ou un piment coupé dans le sens de la longueur (voir ici) ou variée les sortes de pains (bagel, pitas, tortillas, croissant, pain plat, pain Kaiser, etc.) pour ajouter de la diversité.

– Poulet effiloché barbecue froid et ananas servis dans des feuilles de chou. Vous pouvez ajouter des cachous s’il n’y a pas d’interdiction pour les noix.

– Des craquelins de grains entiers avec un œuf dur, un paquet individuel de saumon fumé et un concombre en rondelle.

– Deux minis-pitas avec des tomates cerises, des raisins verts, des olives noires et une portion de houmous.

– Un tortilla roulé avec fromage à la crème, épinard et bœuf à fondue refroidi servie avec des tomates cerises et des kiwis.

– Des nachos multigrains, salsa de tomate, guacamole, ananas en dés et poivron rouge en lanières.Vous pouvez remplacer les nachos par un tortilla coupé en triangles et cuit au four légèrement vaporisé d’huile et saupoudré d’épices au choix (paprika, ail en poudre, origan, thym, épices italiennes ou grecques)

– Une salade de concombre, tomates, olives noires et feta servie avec des quartiers d’un demi-pain pitas et un mélange de raisins.

– Brochettes de cubes de fromage, tomates cerises et viande froide roulée avec une sauce ranch légère.

– Un ensemble à « pizza » avec des craquelins, de la sauce tomate, des tranches de pepperoni et du fromage râpé.

– Une omelette western cuite dans des moules à muffins servie avec des raisins.

– Une salade de pâtes, de pomme de terre, d’œufs, de betteraves, de couscous ou de lentilles.

– Pain hot-dog farci à la salade de goberge

Je suis attentif sur les bancs d’école

Une bonne nuit de sommeil et un déjeuner soutenant sont des facteurs qui peuvent influencer l’attention et la concentration de votre jeune à l’école. Un autre élément dont l’importance est pourtant souvent sous-estimée concerne la posture. Vous pouvez facilement vous imaginer la différence de réceptivité d’un enfant qui est affalé sur son bureau en comparaison à un autre qui se tient assis bien droit. Pour cette raison, nous vous invitons à relire notre article Les postures assises et à découvrir la trousse Une super posture pour une super  santé ! de l’Association Chiropratique Canadienne. En mars 2014, nous vous proposions également un article sur Le trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) qui peut également vous être utile.

Profitez également de la rentrée scolaire pour vous assurer qu’aucun désalignement physique ne gêne votre enfant dans la poursuite de ses objectifs scolaires. Pour de plus amples informations, nous vous suggérons nos articles Préparez vos enfants à un avenir éclatant  ainsi qu’Ado et chiro, quel beau duo !.

Je privilégie une collation saine

Afin d’encourager de saines habitudes alimentaires, de nombreuses écoles limitent les collations aux produits laitiers, aux fruits et légumes en dehors de quelques occasions spéciales. Au retour de l’école, il n’est pas rare que les enfants réclament une collation avant d’attaquer les devoirs et les leçons.

Version salée

– Des crudités avec du houmous ou une trempette de yogourt et fines herbes

– Des bâtonnets de céleri avec fromage fondu ou du beurre d’arachides

– Des bretzels

– Du maïs soufflé assaisonné avec des épices maison (quelques idées ici)

– Des œufs farcis.

Version sucrée

– Une brochette de fruits et de cubes de fromage

– Des biscuits Graham servis avec des framboises et de la noix de coco non sucrée en gros flocons

– Des rondelles de pomme au beurre d’arachides sur lequel vous versez des pépites de chocolat et des flocons de gruau

– Yogourt grec nature avec une cuillère à thé de miel et une cuillère à thé de cannelle servie en guise de trempette avec des fraises entières ou des quartiers d’orange. Ajoutez quelques amandes si les noix sont permises.

– Une poignée de noix et de fruits séchés.

Je vais faire mes devoirs et mes leçons de façon efficace

Pour éviter les pertes de temps inutiles, assurez de fournir à votre enfant tout le matériel nécessaire pour accomplir ses devoirs et ses leçons à portée de main. Vous pouvez lui réserver une tablette bien à lui ou lui procurer un bac pour ranger tout le nécessaire. Vous pouvez également assurer l’ergonomie de son bureau de travail en suivant les conseils de notre article Des devoirs et des leçons efficaces. Vous y trouverez également quelques trucs pour l’aider à passer au travers de sa période de devoirs et le meilleur moyen de retenir ses leçons. Idéalement, limitez les sources de distractions autour de lui ne serait-ce qu’éteindre la radio et la télévision dans la pièce où il se trouve.

Je soupe en famille

Le repas du soir est un moment privilégié pour se retrouver en famille et partager nos succès ou nos inquiétudes,  pour échanger sur ce qui s’est passé dans la journée et pour planifier une activité plaisante à faire pour la fin de semaine à venir ou encore un repas à cuisiner pour la semaine suivante. Pour vous simplifier la tâche, nous vous proposons des idées de souper pour une semaine qui se préparent en avance et se congèlent :

– Un riz au poulet et aux légumes (macédoine)

– Une côtelette de porc à l’ananas avec un accompagnement de couscous, de tomates cerises et d’asperges

– Des « nouilles » de courgettes/zucchinis aux crevettes poêlées avec sauce composée d’une purée d’avocat, de pesto et de fines herbes fraîches (Il est préférable de mettre les avocats à la dernière minute.)

– Un pain de viande à la dinde accompagné d’une purée de pommes de terre et d’un duo de brocoli et de chou-fleur

– Un filet de saumon ou de truite au citron et à l’aneth avec bok choy, carottes rôties et quinoa aux pistaches

– Une pizza à croûte mince aux épinards, aux figues et fromage

– Une galette de bœuf haché, « frites » de bâtonnets de navet et patates douces aux épices grecques et paprika.

Je maximise le sport

Il peut parfois être difficile d’inciter vos jeunes à laisser de côté leurs appareils technologiques pour bouger un peu plus. Si donner l’exemple en tant qu’adulte demeure une excellente approche, vous pourriez planifier des activités sportives en famille, l’inscrire à une activité parascolaire ou à une association susceptible de l’amener à se mouvoir davantage et même téléchargez l’application Allez bougez  Canada (appli) qui propose un programme vidéo de trois minutes qui est gratuit. [iii]  Si vos enfants ont plutôt la bougeotte, vous pourriez aimer notre article Prévenir les blessures aux hanches, aux genoux et aux chevilles par la chiropratique.

Pour aller encore plus loin, les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes précisent que les jeunes entre 5 et 17 ans ne devraient pas passer plus de deux heures par jour devant un écran que ce soit le téléviseur, l’ordinateur, le cellulaire ou autre.[iv]  Si votre enfant ne peut pas vivre sans son téléphone cellulaire, assurez-vous qu’il le fasse de manière sécuritaire en limitant les risques d’engendrer un text-neck syndrome.

Je dors comme un bébé

Sachez que « [p]our les enfants, le sommeil est aussi important que l’activité physique. Une bonne nuit de sommeil aidera vos enfants à faire le plein d’énergie pour pouvoir se dépasser et relever les défis de la journée. »[v]  Contrairement aux adultes, les enfants entre 5 et 13 ans nécessiteraient entre neuf et onze heures de sommeil alors que les adolescents entre 14 et 17 ans auraient besoin de dormir entre huit et dix heures. [vi] Le voilà prêt à entamer une autre journée bien remplie. Pour de plus amples informations sur le sujet, consultez notre article Le sommeil dans tous ses états !.

 

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique inc.

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources :
ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. Le mouvement pour promouvoir la santé cardiaque des jeunes,  publié en ligne le 1er février 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/le-mouvement-pour-promouvoir-la-sante-cardiaque-des-jeunes/

ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2016. Vos enfants bougent-ils assez ?, publié en ligne le 24 août 2016  au  https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/vos-enfants-bougent-ils-assez/

ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2015. Guide pour la santé vertébrale de vos enfants, publié en ligne le 26 août 2015 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/17491/

ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. 2017. Trousse : Une super posture pour une super  santé !, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/DATA/ACTIVITE/2_fr~v~santemania.pdf

ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Trousse : UN SAC À DOS LÉGER ET BIEN AJUSTÉ : UN DOS EN SANTÉ!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/DATA/ACTIVITE/1_fr~v~sac-a-dos.pdf

CLINIQUE SOLUTION SANTÉ CHIROPRATIQUE INC. 2016. Le sport à l’avant-scène, publié en ligne le 1er juin 2016  au http://www.cliniquesolutionsante.com/le-sport-a-lavant-scene/

Références :

[i] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2016. Vos enfants bougent-ils assez ?, publié en ligne le 24 août 2016  au  https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/vos-enfants-bougent-ils-assez/

[ii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2015. Guide pour la santé vertébrale de vos enfants, publié en ligne le 26 août 2015 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/17491/

[iii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2015. Guide pour la santé vertébrale de vos enfants, publié en ligne le 26 août 2015 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/17491/

[iv] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. Le mouvement pour promouvoir la santé cardiaque des jeunes,  publié en ligne le 1er février 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/le-mouvement-pour-promouvoir-la-sante-cardiaque-des-jeunes/

[v] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2015. Guide pour la santé vertébrale de vos enfants, publié en ligne le 26 août 2015 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/17491/

[vi] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. Le mouvement pour promouvoir la santé cardiaque des jeunes,  publié en ligne le 1er février 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/le-mouvement-pour-promouvoir-la-sante-cardiaque-des-jeunes/

Posted:

Lésion de surmenage : quand les mouvements répétitifs vous blessent

Les vacances sont souvent l’occasion de prendre une pause de notre travail de tous les jours pour se reposer tant physiquement que mentalement. Durant cette période de grâce, plusieurs éprouvent un relâchement des douleurs et des inconforts qu’ils connaissent habituellement. Une fois revenue à leurs tâches quotidiennes, ils se rendent compte que les douleurs et les inconforts reprennent de plus belles. Si tel est votre cas, vous souffrez peut-être de lésions dues aux mouvements répétitifs aussi connu sous le nom de lésion de surmenage.

Qu’est-ce qu’une lésion de surmenage ?

Comme son nom l’indique, une lésion due à un mouvement répétitif est « généralement causée par l’usage rapide et répété de muscles et articulations »[i][ii] Bien qu’elle touche un travail sur dix[iii], cette condition n’est pas strictement réservée au domaine professionnel puisqu’elle peut être causé par un mouvement relié à un passe-temps tels que les jeux vidéos, le  tricot, le golf ou le tennis.  Concrètement, les lésions de surmenage prennent différents noms selon la région qui y est touchée. Ainsi, vous pourriez être plus familier avec un syndrome du canal carpien, une épicondylite, une tendinite ou une lésion de la coiffe des rotateurs pour ne nommer que ceux-là.[iv][v]

Quels sont les symptômes ressentis ?

Il faut se rappeler que les lésions  peuvent subvenir dans différentes région du corps comprenant notamment les doigts, les mains, les poignets, les coudes, les épaules, les genoux, les chevilles et les pieds.[vi] Par conséquent, les symptômes ressentis varient d’une personne à l’autre. Ils vont  d’une sensation d’engourdissement ou de picotement à une sensation de brûlure et se manifeste aussi sous forme d’enflure. [vii][viii] Il n’est pas rare de constater que les douleurs se manifestent tout « d’abord la nuit, puis deviennent de plus en plus fréquentes au courant de la journée » [ix].

Quels sont les facteurs de risque ?

En plus des gestes répétés,  les postures statiques ou qui ne sont pas naturelles pour le corps, un mouvement de flexion ou l’extension réitérée, une pression mise sur une partie du corps comme serrer son volant ou sa souris d’ordinateur, un repos insuffisant ou inefficace après un effort soutenu, la chaleur, le froid et même les vibrations[x]  peuvent mener à des problèmes causant des lésions de surmenage.  Les pays industrialisés seraient particulièrement à risque[xi]  pour toutes sortes de raison comprenant un ordinateur mal positionné, une mauvaise posture au téléphone cellulaire, la surutilisation de la souris d’ordinateur, un clavier de travail non ergonomique et la liste continue.

Quelques conseils pour éviter les lésions de surmenage

Que faire si vous pensez être atteint d’une lésion due à un mouvement répétitif ?

Lorsque vous ressentez une douleur qui  semble due à une lésion de surmenage, vous pouvez appliquer de la glace[xiv] de manière indirecte pendant une quinzaine de minutes sur la région douloureuse. En effet, la glace est fort utile pour réduire l’inflammation et la douleur[xv] sauf, bien entendu, si vous êtes particulièrement sensible au froid. Il est également important de limiter le ou les gestes qui ont contribué à la douleur. [xvi] Pour ce faire, certains iront même jusqu’à porter une attelle pour restreinte, voire même mobiliser, l’articulation en cause. [xvii]

Il est toutefois important de garder en tête que « [n]on traitées, ces lésions peuvent entraîner des troubles qui exigeront une longue interruption de l’activité à la source du problème. »[xviii][xix] Il est également possible qu’une lésion mal soignée entraîne « des complications d’ordre neurologique beaucoup plus graves. » [xx] Vous devriez donc prendre rendez-vous avec votre docteur en chiropratique qui saura vous prodiguer des soins efficaces et personnalisés.[xxi]

Après avoir identifié les causes de vos douleurs, le chiropraticien pourrait effectuer des thérapies manuelles pour améliorer la mobilité des articulations touchées ou encore se diriger vers une thérapie des tissus mous pour détendre les muscles douloureux.[xxii]Il vous suggérera des exercices bénéfiques[xxiii] notamment des exercices d’assouplissement pour stimuler la circulation sanguine et réduire les tensions musculaires,[xxiv] des exercices pour réduire le stress ou encore des exercices ciblés pour renforcer certaines parties du corps. [xxv] Il sera un précieux allié pour vous fournir des stratégies de réadaptation et des conseils pour prévenir les blessures.[xxvi] D’ailleurs, « [l]a plupart des gens répondent bien au traitement et reprennent leurs activités courantes plus rapidement que s’ils avaient laissé le temps faire les choses. »[xxvii]  Parfois le laser aide à accélérer la réparation des tissus endommagés. Si vous n’êtes pas familier avec la chiropratique, regardez ici pour avoir une meilleure idée du déroulement des deux premiers rendez-vous.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que « [t]out patient a un rôle actif à jouer dans la réussite d’un traitement. Ainsi, le traitement des lésions de surmenage peut exiger de modifier son poste de travail, de prendre des pauses pour détendre les muscles et articulations surmenés, et de faire des exercices de relaxation et de musculation des zones affectées.»[xxviii] Faites le premier pas pour retrouver une santé optimale en téléphonant au (514) 723-2424 pour planifier votre consultation.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique inc.

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

 

Sources :

ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

 

Références :

[i] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[ii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

[iii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[iv] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[v] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

[vi] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[vii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[viii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

[ix] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[x] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xi] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xiii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xiv] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xv] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xvi] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xvii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xviii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[xix] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

[xx] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xxi] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xxii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[xxiii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xxiv] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Douleurs au travail, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/35-douleurs-au-travail.html

[xxv] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[xxvi] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

[xxvii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. 2017. 3 façons dont les soins chiropratiques peuvent aider à gérer les lésions dues aux mouvements répétitifs, publié en ligne le 29 novembre 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/conseils-pour-le-dos/3-facons-dont-les-soins-chiropratiques-peuvent-aider-a-gerer-les-lesions-dues-aux-mouvements-repetitifs/

[xxviii] ASSOCIATION CHIROPRATIQUE CANADIENNE. Inconnu. La chiropratique pour les lésions de surmenage, dépliant publié en ligne au https://www.chiropractic.ca/wp-content/uploads/2013/12/Chiro-and-Repetitive-Strain_FR.pdf

Posted:

Comprendre les problèmes neuromusculosquelettiques

Par le passé, nous avons répété à maintes reprises que  la chiropratique est un précieux allier pour vous aider à prévenir et à traiter les problèmes neuromusculosquelettiques. Bien que nous vous partagions des articles chiropratiques en ligne depuis janvier 2015 et depuis bien plus longtemps par courriel, il semblerait que nous n’ayons encore jamais pris le temps de préciser ce terme au fils des années. Qu’à cela ne tienne ! C’est aujourd’hui que nous ferons la lumière sur la signification de ce terme.

Avant d’aller plus loin, les personnes qui ne sont pas familières avec la chiropratique aimeront probablement commencer par lire nos articles La chiropratique démystifiée ou Petit retour sur les bases,  son explication visuelle à travers La chiropratique simplifiée ou ses mythes tenaces.  Vous trouverez aussi des informations sur les soins chiropratiques, les techniques ainsi que les thérapies et les examens complémentaires.

Que signifie neuromusculosquelletique ?

Comme le rappelle l’Association des Chiropraticiens du Québec (ACQ),  « [l]e champ des compétences du chiropraticien touche les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. »[i]  Dans ce simple énoncé, il est déjà possible de comprendre que le terme « neuromusculosquelletique » englobe trois systèmes.  Nous allons, à l’instant, les expliquer brièvement.

Tout d’abord, le système nerveux humain comprend, entre autres, les nerfs, les neurones, la moelle épinière et le cerveau. Il est responsable de transmettre les informations provenant des sens et de l’environnement extérieur entre les différentes parties du corps. Il a aussi pour rôle de coordonner les mouvements des muscles et de réguler les émotions et les organes.

Ensuite, le système musculaire regroupe tous les muscles du corps et ils sont normalement fixés aux os par des tendons.  Il permet de se déplacer grâce à sa collaboration avec le système squelettique et une partie du système nerveux.

Le dernier et non le moindre, le système squelettique  est la charpente du corps sur laquelle se greffe les muscles et autres parties du corps. En plus de permettre les mouvements du corps, il sert à protéger plusieurs organes notamment le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons. Il est constitué des 350 os de la naissance et des 206 os du corps humain adultes.

De manière plus générale, le système neuromusculosquelletique «est un réseau complexe de muscles, d’os, d’articulations, de tendons et de ligaments qui nous permet d’accomplir nos activités courantes. »[ii]

Qu’est-ce qu’un problème neuromusculosquelletique ?

Comme vous pouvez vous en douter après avoir lu la description précédente, les problèmes neuromusculosquelletique touchent une vaste étendue de régions du corps comprenant « les muscles, les tendons, les ligaments, les articulations et les tissus conjonctifs »[iii]. Conséquemment, ils trouvent leurs origines à travers de nombreuses sources telles qu’une mauvaise posture, des mouvements répétitifs ou même un bête accident. Il semblerait que les régions « les plus souvent touchées sont la tête et le cou, les épaules, le milieu du dos, la région lombaire et pelvienne, les coudes ainsi que les mains et les poignets » [iv].

Que peut-on faire si l’on souffre d’un problème neuromusculosquelletique ?

Les problèmes neuromusculosquelletiques sont tellement vastes qu’il est difficile de répondre à cette question sans préciser davantage la nature du problème. Cela dit, lorsqu’un problème neuromusculosquelletique survient, le temps est un facteur déterminant à ne pas négliger. En d’autres mots, il est important de ne pas attendre que le problème se règle par lui-même et de consulter un professionnel de la santé afin d’éviter que le problème ne devienne chronique et invalidant.  « De par sa formation [le docteur en chiropratique] est apte à poser un diagnostic chiropratique lui permettant de créer un programme de soins correspondant à la condition physique, à l’âge ainsi qu’aux objectifs de santé visés. »[v]  Le rôle du chiropraticien est de vous aider à retrouver l’équilibre entre les trois systèmes ou de déterminer lequel nécessite le plus d’aide. À la Clinique Solution Santé Chiropratique, il nous est possible de faire des radiographies sur place et de recevoir différents traitements comprenant diverses techniques chiropratiques,  le bandage kinésiologique aussi connu sous le nom de tapping sportif, le laser ou encore la traction neurovertébrale selon votre condition. Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C. sera également en mesure de vous conseiller pour prévenir la réapparition du problème en plus de vous suggérer des exercices et des étirements appropriés.

Que peut-on faire pour prévenir les problèmes neuromusculosquelletiques ?

Que ce soit pour prévenir l’apparition ou la progression de cette condition, il n’y a pas de recette miracle. Comme pour la plupart des maladies et problèmes de santé, il faut adopter un mode de vie sain. Concrètement, il faut rester actif, avoir une saine alimentation, boire suffisamment d’eau et avoir un sommeil récupérateur. Vous devriez également prendre des mesures pour limiter les chutes et adopter une bonne posture que vous soyez debout, assis, en train de soulever une charge ou en utilisant votre cellulaire. Bref, maintenir un niveau de santé optimale requiert une vigilance dans les activités quotidiennes.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

 

Sources :

Association chiropratique canadienne (CCA). 2018. MS 101 : Initiation aux problèmes musculosquelettiques, publié en ligne le 14 mars 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/ms-101-initiation-aux-problemes-musculosquelettiques/

Association des chiropraticiens du québec (ACQ). Inconnu. La chiropratique pour vos douleurs, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/

Références :

[i] Association des chiropraticiens du québec (ACQ). Inconnu. La chiropratique pour vos douleurs, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/

[ii] Association chiropratique canadienne (CCA). 2018. MS 101 : Initiation aux problèmes musculosquelettiques, publié en ligne le 14 mars 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/ms-101-initiation-aux-problemes-musculosquelettiques/

[iii] Association chiropratique canadienne (CCA). 2018. MS 101 : Initiation aux problèmes musculosquelettiques, publié en ligne le 14 mars 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/ms-101-initiation-aux-problemes-musculosquelettiques/

[iv] Association chiropratique canadienne (CCA). 2018. MS 101 : Initiation aux problèmes musculosquelettiques, publié en ligne le 14 mars 2017 au https://www.chiropractic.ca/fr/blogue/ms-101-initiation-aux-problemes-musculosquelettiques/

[v] Association des chiropraticiens du québec (ACQ). Inconnu. La chiropratique pour vos douleurs, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/douleur/

Posted:

Avant d’amorcer le « swing » parfait sur le parcours de golf

Au Québec, la saison de golf se limite à quelques mois de pratique ce qui ne l’empêche pas d’être un sport de précision populaire. En avril 2015, nous avions rédigé l’article La chiropratique, un merveilleux allié pour le golf  qui vous offrait dix conseils pour profiter des bienfaits de ce sport. Nous avons décidé de récidiver aujourd’hui avec 2 étirements  et quelques faits amusants sur le sujet histoire de commencer votre parcours avec légerté.

40% des amateurs de golfs se blesseront au jeu.[1]

 

80% des blessures au golf concerne le dos et sont causées  par des mouvements répétitifs et des vieilles blessures mal guéries.[2]

Tenez-vous debout le dos bien droit en posant vos mains sur un de vos bâtons de golf à la hauteur des épaules. Élevez les bras devant vous et fléchissez le tronc vers l’avant. Gardez
le dos le plus droit possible et penchez-vous le plus près du sol sans forcer le mouvement et sans créer un inconfort. Maintenez la position quelques secondes et répétez l’exercice une dizaine de fois. Cet exercice est utile pour étirer la région lombaire du dos, les muscles fessiers et les ischio-jambiers.

 

 

Reprenez la position de départ de l’exercice précédent en vous tenant debout avec un bâton dans les mains. Éloignez vos mains vers les extrémités du bâton en demeurant confortable et levez les mains au-dessus de votre tête. Penchez ensuite le haut de votre corps vers un côté de votre corps. Maintenez quelques secondes avant de revenir debout. Penchez ensuite le haut du corps de l’autre côté. Cet exercice vous permettra d’étirer le grand dorsal, le carré des lombes, les obliques, les lombaires, les érecteurs du rachis et le petit rond.

« Le golf est l’un des deux sports à avoir été joué sur la Lune! L’autre? Le lancer du javelot! C’est en 1977 que le membre de l’équipage d’Apollo 14 Alan Shepard a frappé une balle avec un fer 6 directement sur la Lune. »[3] 

 

Profitez des étirements de cet article pour vous éviter les blessures et profiter de votre saison au maximum. Qui sait ? Vous aurez probablement quelques faits amusants pour entamer la conversation avec le reste de votre « foursome ». Bon été !

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique inc.

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

 

Références :

[1] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC (ACQ). Inconnu. Golf ou Kolf, publié en ligne  au https://www.chiropratique.com/28-article-golf-ou-kolf.html?PCID=3

[2] Chiro One Wellness Centers. 2013. Keep Your Game in Full Swing with Chiropracticpublié en ligne  le 7 janvier 2013 au http://www.chiroone.net/bewell/keep-your-game-in-full-swing-with-chiropractic

[3] LALONDE, Max. 2014. GOLF : 7 FAITS COCASSES SUR VOTRE SPORT FAVORI!, publié en ligne le 19 mars 2014 au https://www.affairesdegars.com/page/article/4156052033/golf-7-faits-cocasses-sur-votre-sport-favori.html

Posted:

À vos marques ! Prêt ? Courez !

La course à pied, aussi connue sous son nom anglais jogging, est un sport populaire en raison de sa grande accessibilité. Il faut dire qu’il se pratique n’importe où, sans devoir nécessairement s’abonner au centre de conditionnement physique ou s’équiper avec du matériel coûteux et ce, peu importe l’âge. Si vous êtes novice en la matière ou si vous n’êtes pas particulièrement actif, il est préférable de commencer par la marche et d’introduire graduellement des intervalles de courses pour réduire les risques de blessures. Si l’aventure vous intéresse, voici  2 étirements pour vous aider à commencer votre entraînement du bon pied. Vous trouverez également quelques faits scientifiques sur la pratique de la course à pied.

Les intervalles (sprint-course)
augmentent les performances
et améliorent les capacités aérobiques.[1]

« […] les coureurs inexpérimentés,
jeunes et moins jeunes,
[…] se blessent beaucoup plus fréquemment »[1].

Tenez-vous debout bien droit et levez une jambe devant vous. Agrippez les orteils de votre pied levé en les tirant légèrement vers vous. Au besoin, aidez-vous d’un banc ou d’un mur. Vous pouvez également utiliser votre main libre pour soutenir votre mollet. Maintenez quelques secondes. Assurez-vous d’ancrer la jambe qui vous soutient dans le sol en contractant les cuisses. Alternez ensuite avec l’autre côté. Répétez dix fois. Cet exercice
vous permettra d’étirer les mollets et les quadriceps.

 

Tenez-vous debout le plus droit possible. Pliez ensuite un des genoux en ramenant votre pied vers l’arrière. Maintenez votre pied le plus près de votre bassin quelques secondes avec la main du même côté que votre pied. Assurez-vous de rester bien droit tout au long de l’exercice et n’hésitez pas à ouvrir les épaules tout en étirant le temps d’une bonne inspiration et d’une bonne expiration. Alternez ensuite avec l’autre côté. Au besoin, aidez-vous de votre bras libre pour vous garder en équilibre ou appuyez-vous contre un arbre ou un banc. Répétez dix fois pour chaque jambe. Cet exercice vous permettra d’étirer les quadriceps.

En moyenne,
un coureur
brûle 100 calories
par mile. [2]

 « En course à pied, l’économie d’énergie est certainement l’un des vecteurs les plus importants afin d’améliorer vos performances […] Une économie d’énergie peut être réalisée, entre autres, en choisissant adéquatement vos chaussures, en maximisant votre patron de course (ex. : la cadence), en soignant et en rééduquant adéquatement une articulation blessée. Vous pouvez également réaliser une économie d’énergie substantielle en améliorant votre posture. » [1]

 

Toute l’équipe de la Clinique Solution Santé Chiropratique vous souhaite de belles foulées sécuritaires partout où le soleil vous entraînera durant cette belle saison estivale.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique inc.

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

 

Articles complémentaires :

 

Références :

[1] FORTIER, Denis. 2016. Course à pied: 6 nouvelles données scientifiques, publié en ligne le 26 avril 2016 et mis à jour le 27 avril 2017 au https://quebec.huffingtonpost.ca/denis-fortier/bienfaits-course-pied-jogging-etudes-prevention-blessures-courir_b_9768808.html

[2] DOMPIÈRE et ST-HILAIRE, Jacinthe et Marie-Christine. Inconnu. Les blessures les plus fréquentes en course à pied, publié en ligne au  http://www.canalvie.com/sante-beaute/remise-en-forme/sports-et-entrainement/blessures-course-a-pied-1.1409604

Posted:

Faites de votre remise en forme une réalité

Les belles journées du printemps nous attirent à l’extérieur et nous encouragent à nous remettre en forme. Ce qui est une bonne chose sachant que notre mode de vie sédentaire gagnerait grandement à intégrer une activité physique régulière. D’ailleurs, le Gouvernement du Canada statue qu’il faudrait pratiquer au moins 2h30 d’activité physique par semaine.[i] Pour vous aider à atteindre vos objectifs de remise en forme, nous vous avons concocté un article en trois volets comprenant un petit rappel des bienfaits de l’activité physique, les éléments à considérer pour choisir l’activité qui vous convient et quelques astuces pour conserver votre motivation.

Quelques bienfaits de l’activité physique

Ce n’est plus un secret pour personne, l’activité physique a de nombreux avantages sur la santé. En voici une liste non exhaustive pour ceux qui auraient besoin de faire un sens pour se lancer dans l’aventure de la remise en forme. N’hésitez pas à faire votre propre liste de motivations que vous pourrez relire quand la motivation semblera faire défaut.

  • Améliorer la santé, la croissance, le développement, la longévité[ii] et le système immunitaire[iii]
  • Prévenir les maladies[iv][v][vi] tellrs que le cancer, le diabète de type 2 et les maladies du cœur [vii]
  • Maintenir une santé cardiovasculaire[viii], une bonne pression artérielle[ix] et la circulation lymphatique qui aide à l’élimination des toxines[x]
  • Réduire les douleurs[xi]
  • Réduire les risques de blessures[xii][xiii]
  • Renforcir le corps[xiv][xv][xvi] notamment les muscles[xvii][xviii], les articulations[xix] et les os[xx] ainsi que la force vitale[xxi]
  • Éviter l’obésité[xxii] et affiner la silhouette[xxiii]
  • Améliorer le sommeil[xxiv][xxv] et réduire la fatigue[xxvi]
  • Réduire le stress[xxvii][xxviii][xxix]
  • Améliorer la productivité[xxx]
  • Développer l’entrain[xxxi]
  • Maintenir « une indépendance prolongée chez les personnes vieillissantes » [xxxii]
  • Peut aider au développement personnel notamment la concentration, la discipline, le respect, la solidarité, la confiance en soi, la maîtrise de soi, le dépassement des limites personnelles ou l’acceptation de l’échec[xxxiii]

Quelle activité physique choisir ?

Connaître l’état de votre santé

Ceux et celles qui désirent se remettre en forme se heurtent parfois à des contraintes physiques tels que des douleurs ou des inconforts. Avant de vous lancer dans le feu de l’action, nous vous recommandons fortement de commencer par faire le point sur votre état de santé. Le docteur en chiropratique est un allié pour faire l’examen de votre système neuromusculaire et squelettique en vue de la remise en forme. Il sera également en mesure de vous fournir des exercices et des étirements qui seront bénéfiques à votre condition personnelle ainsi que de vous conseiller pour réaliser votre sport de prédilection en toute sécurité. N’hésitez pas à prendre rendez-vous  en téléphonant au 514-723-2424.

Définir vos objectifs

Une fois que vous connaîtrez plus spécifiquement les faiblesses de votre corps, vous pourrez mieux définir vos objectifs en matière d’activité physique. Prendre le temps de dresser la liste de vos objectifs vous permettra de cibler les exercices qui sont le plus appropriés pour les atteindre. [xxxiv] Bien au-delà de la perte de poids et de l’apparence physique, vous pouvez chercher une façon de réduire votre stress, d’améliorer votre souplesse, d’augmenter votre endurance cardiovasculaire, de tonifier une partie de votre corps et plus encore. Ainsi, le vélo n’est pas l’activité de prédilection si vous désirez muscler le haut de votre corps, mais sera un précieux allié pour muscler les jambes.[xxxv]

Choisir une activité que vous aimez[xxxvi] et qui vous ressemble[xxxvii]

C’est déjà un grand pas de trouver la motivation à être plus actif, mais encore faut-il être en mesure de trouver un sport ou un entraînement que vous allez maintenir. Les études de 2016 confirment le gros bon sens en nous rappelant que le plaisir que vous éprouvez lors de l’activité physique est le meilleur moyen de prévoir si vous allez persévérer dans cette activité. [xxxviii]  En fait, vous devez connaître vos préférences ou « votre mode d’opération » afin de cerner les activités susceptibles de vous plaire. Ainsi, Barbara Walker, Ph.D. nous rappelle que  « [t]out ce qui est vrai quand il s’agit de choses comme la nourriture, la musique et les activités après le travail sera probablement vrai pour l’exercice »[xxxix].

Concrètement, vous devriez commencer à regarder du côté de vos forces.  C’est tout naturel de préférer les activités dans lesquelles nous avons du succès ou, du moins, une certaine facilité. De même, nous avons tendance à ne pas trop apprécier les activités qui ne nous viennent pas naturellement. Une revue de 38 études effectuées en 2013 « sur la motivation et les habitudes d’exercice publié dans Medicine and Science in Sports and Exercise a révélé que la confiance en vos capacités d’exercice est un facteur primordial non seulement de votre niveau d’exercice, mais aussi de votre fréquence »[xl]. Il est donc préférable de choisir un sport ou une activité physique dans lequel vous avez certaines aptitudes pour conserver votre confiance et votre motivation.

Un autre facteur intéressant à regarder est votre appréciation de la routine. Préférez-vous une routine rassurante ou vous ennuie-t-elle ? Répondre à cette question vous permettra de savoir s’il vous serait avantageux de vous entraîner à la même heure en vous inscrivant à une activité organisée par exemple ou si vous devriez prévoir des séances variées alternant, entre autres, cardio et musculation. Si vous aimez les activités intenses et variées, vous pourriez trouver votre bonheur dans les entraînements de type boot camp.

Dans la même suite d’idée, cherchez-vous quelque chose de relativement calme ou hautement énergique ? Dans un cas comme dans l’autre, il existe une multitude de possibilités. Les gens qui préfèrent une ambiance plus tranquille pourraient se tourner vers le yoga, le Pilates, le Qi Gong , le tai-chi, le stretching ou encore le Body Balance. Ceux qui ont besoin de se dépenser un peu plus ont le choix entre des activités compétitives, de coopérations ou plus social.  Il n’y a qu’à penser à la danse, au hockey ou à la course à pied.

Pour cibler encore mieux votre activité de prédilection, sachez si vous êtes plutôt de nature introvertie ou extrovertie. Aussi simple que cela puisse paraître les gens introvertis ont tendance à préférer les activités physiques en solitaire ou en petit groupe que ce soit la course, les séances d’entraînement sur DVD, la musculation à la maison ou encore faire des longueurs en piscine. À l’inverse, les gens extrovertis auront plus de plaisir dans les sports d’équipes tels que le soccer ou le baseball de même que les activités de groupes telles que le spinning ou le Zumba.

Un autre élément qui peut pencher dans la balance est votre préférence à pratiquer vos activités à l’intérieur ou à l’extérieur. Bien qu’une étude de 2011 parue dans le Environmental Science and Technology indique que les gens apprécient plus leur exercice quand il est effectué à l’extérieur. [xli] L’important, c’est que vous aimiez le lieu où vous pratiquez que ce soit au parc, au gym ou dans votre salon. Sachez tout de même qu’il est souvent possible d’adapter votre activité de prédilection dans l’environnement qui vous convient le mieux.

Finalement, retenez qu’il ne faut pas avoir peur d’expérimenter. D’ailleurs, il est généralement possible d’assister à une séance d’essai ou de payer des cours à la carte dans la plupart des centres de conditionnement physique ou des instructeurs privés. Essayez tout de même de ne pas vous décourager et donnez-vous au moins trois séances avant de statuer qu’une activité n’est pas faites pour vous.

Comment garder sa motivation au sport et à l’entraînement ? Nos 10 astuces

« Selon un sondage Ipsos Reid commandé par l’Association chiropratique canadienne, près de 90 % des Canadiens âgés de 25 à 65 ans aimeraient faire plus d’activité physique, mais plus de la moitié soutiennent manquer de temps ou d’énergie pour mettre en action leurs bonnes intentions.»[xlii] Voici donc nos 10 meilleures astuces pour vous aider à faire le premier pas sans perdre votre motivation.

1) Commencez maintenant[xliii]

Hé oui ! Lorsqu’une tâche nous semble difficile ou ennuyeuse, il devient facile de se trouver des excuses et de procrastiner. Le sport ne fait pas exception à ce constat. Pour éviter de perdre votre « momemtun » et votre belle motivation, commencez dès maintenant vos bonnes résolutions sans attendre au lendemain ou même plus tard dans la journée. Si vous en avez la possibilité, commencez immédiatement. Que ce soit en sortant marcher à l’extérieur, en téléphonant pour assister à un cours d’essai qui vous inspire ou en vous inscrivant à une activité qui vous parle.

2) Commencez tout petit[xliv]
Une des grandes erreurs en matière d’activité physique est de surestimer vos capacités ou de voir trop grand lorsque vous vous remettez au sport ou à l’entraînement. En agissant ainsi, vous risquez non seulement de vous blesser, mais également de vous décourager à recommencer votre activité dans les jours qui suivent. Si étirer et réchauffer vos muscles adéquatement est une bonne façon de limiter les risques, il est également préférable d’« augmente[r] peu à peu votre niveau d’activité physique, jusqu’à arriver à respecter les nouvelles recommandations » [xlv] de 2,5 heures d’activités physiques par semaine ou les objectifs que vous vous êtes personnellement fixés. À vrai dire, il est préférable de s’entraîner à plus faible intensité sur une plus longue période de temps que de donner votre maximum sans donner de suite à vos efforts.

Certaines études indiquent qu’il suffit de « 15 minutes par jour vous aideront à prendre l’habitude de faire une activité. Une fois cette bonne habitude prise, ajoutez cinq minutes, puis encore cinq autres. » [xlvi] Nous croyons que vous devriez viser encore plus petit. Ainsi, si vous vous êtes donné comme objectifs de faire un certain nombre de pompes (push-up) ou de redressement assis, commencez dès maintenant par en faire un seul. La vérité, c’est que vous n’aurez probablement aucune excuse de ne pas réaliser un seul mouvement ou une seule minute de l’exercice choisie. Devant cette petite victoire, vous sentirez confiant à le réaliser à nouveau le lendemain et le surlendemain. Si le cœur vous en dit, vous pouvez augmenter chaque jour le nombre de répétitions ou la durée d’un seul mouvement ou d’une seule minute. Inconsciemment, en moins de deux semaines vous aurez réussi à atteindre une série de mouvements de 10 à 15 répétitions ou une quinzaine de minutes d’entraînement. Concrètement, vous aurez commencé à mettre en place une saine habitude sans chambouler votre horaire et vous vivrez une petite réussite qui sera plus facile à intégrer à long terme. Vous pourrez commencer votre troisième semaine confiant que ces « 15 minutes d’exercice par jour peuvent vous amener à atteindre votre poids santé, à avoir de meilleures nuits de sommeil, à diminuer le stress ainsi qu’à améliorer votre niveau d’énergie, votre souplesse, votre force musculaire et votre posture. » [xlvii]  Même en conservant seulement ce petit quinze minutes par jour, vous aurez accumulé près d’une centaine d’heures d’activités physiques de plus au bout de l’année qui s’ajoutera à une multitude de tâches qui vous demande déjà une certaine dépense énergétique que ce soit de faire les commissions ou de nettoyer la maison. Commencer tout petit est une astuce toute simple qui vous amènera loin.

3) Gardez les choses simples
Vous connaissez probablement quelqu’un dans votre entourage qui a tendance à se laisser emporter facilement par l’excitation d’une nouvelle activité en se procurant tous les gadgets associés qui finissent trop souvent inutilisés dans le fond d’une armoire. Plutôt que de dépenser sans réfléchir dans une activité qui ne vous motivera pas très longtemps, rappelez-vous que chaque petit geste que vous devez poser pour faire votre activité devient un obstacle supplémentaire lorsque votre motivation aura perdu de son éclat. Ainsi, si vous comptiez prendre un abonnement annuel au centre de conditionnement physique à la mode de votre quartier, vous devez être conscient que vous devrez préparer votre sac d’entraînement, vous déplacer vers le centre, vous changer, faire entre 30 minutes et une heure d’entraînement, prendre une douche, ranger vos affaires et reprendre la route vers la maison. En gardant le même exemple, vous pourriez limiter les obstacles en choisissant un centre de conditionnement qui se trouve sur votre trajet entre le travail et la maison pour vous éviter un déplacement supplémentaire en arrêtant au retour du travail ou encore en optimisant votre heure de lunch en prenant une trentaine de minutes à vous entraîner à côté du bureau. L’idée n’est pas couper votre élan vers votre nouvelle activité préférée, mais plutôt de limiter les obstacles à vous remettre en forme que ce soit le manque de temps, d’argent ou autre.

Dans la même suite d’idée, essayez de voir s’il n’y aurait pas une activité que vous pourriez intégrer plus simplement sans avoir à chambouler votre horaire déjà bien chargé. Cela peut-être aussi simple que de descendre quelques arrêts plus tôt lors de vos déplacements en transport en commun, de stationner votre véhicule dans l’espace le plus loin de la porte d’entrée ou de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur. En fait, « [t]oute activité physique, quelle qu’elle soit, mérite d’être encensée pour ses bienfaits sur la santé. D’entre toutes, la marche demeure l’activité qui est la plus souvent recommandée par les professionnels de la santé. Facile à exécuter et peu contraignante, elle s’adapte à tous les niveaux de condition physique et ne demande aucun équipement. »[xlviii] C’est « le moyen le plus simple de prendre de bonnes habitudes et de vous fortifier les poumons et le cœur. Lorsque vous pratiquez la marche avant ou après un repas, vous prolongez et doublez l’activité métabolique de votre corps. Ainsi, vous brûlez plus de graisse. » [xlix] Vous pourriez également opter pour la nage qui permet d’améliorer votre santé cardiovasculaire en limitant les impacts sur les articulations. Bref, bougez quand vous le pouvez.

4) Impliquez vos amis[l]

Que vous soyez introvertis ou extrovertis, il est souvent plus intéressant de s’entraîner avec des gens que vous appréciez. Vous pourriez joindre l’utile à l’agréable en pratiquant une activité sportive avec un ami ou un petit groupe d’amis. Vous aurez ainsi l’occasion de vous rencontrer, de vous mettre en forme et de découvrir une nouvelle facette de vos amis. Vous pourriez même mettre sur pied une activité avec vos collègues de bureau. Cette initiative est souvent encouragée par les employeurs parce qu’elle permet de tisser des liens ce qui améliore la rétention des employés tout en diminuant les frais associés à l’absentéisme et aux maladies professionnelles. Ils peuvent parfois vous offrir sans frais un local pour vous exercer ou obtenir des rabais de groupe dans un centre de conditionnement à proximité.

5) Commettez-vous

Pour revenir un peu sur le mot d’introduction, il est facile de se trouver des excuses pour ne pas se mettre à l’entraînement même si c’est quelque chose que nous désirons. Pour reprendre les mots d’Antoine de Saint-Exupéry « Tout objectif sans plan n’est qu’un souhait. (A goal without a plan is just a wish.) » Le plan est donc de vous engager concrètement dans l’atteinte de vos objectifs sportifs, car, avouons-le, il sera alors plus difficile de vous défiler et de trouver des excuses. Comme nous l’avions déjà indiqué dans un article précédent, « [i]l y a plusieurs façons de le faire. Il peut s’agir de s’abonner délibérément à une salle de sport relativement chère pour se forcer à rentabiliser sa dépense, de s’inscrire à un tournoi ou une compétition sportive où votre esprit de compétition vous motivera, de s’inscrire à une troupe de danse sachant que vous devrez performer à un spectacle à la fin du cours, de choisir une activité à faire avec son partenaire, un ami ou des collègues de travail pour s’encourager mutuellement, adopter un chien[li] pour se forcer à mettre le nez dehors pour une promenade quotidienne ou même écrire un blogue pour relater les réalisations vers l’atteinte de son objectif. Peu importe ce qui vous parle le plus, il est parfois plus difficile de se trouver une excuse quand il faut se justifier à quelqu’un. »[lii]

6) Bloquez votre agenda[liii]

Comme nous l’avons vu précédemment, le manque de temps est l’excuse de choix pour reporter indéfiniment la reprise en main de sa santé par la pratique du sport. Comme tous vos rendez-vous importants, vous devriez planifier vos séances d’exercices en bloquant votre horaire. Après tout, c’est un rendez-vous avec vous-même puisque votre corps est votre seul véhicule et vous êtes la seule personne avec qui vous êtes assuré de passer le reste de votre vie. Au-delà du fait de vous réserver du temps, notez vos séances à votre agenda vous permettra d’avoir une trace tangible pour avoir faire un meilleur suivi de vos réalisations.

7) Commencez dès votre réveil

Plusieurs experts en entraînement physique et en gestion du temps nous encouragent à attaquer la tâche qui nous pue au nez dès notre réveil afin de s’en débarrasser avant que les imprévus et le train-train du quotidien ne prennent d’assaut notre journée. Ainsi, vous risquez moins de remettre l’activité si une urgence se présente ou parce que l’énergie vous manque après une dure journée de travail. Pour aller plus loin, il est même conseillé de préparer la veille tout ce qui est nécessaire à la pratique de notre sport que ce soit votre bouteille d’eau, vos souliers de course et même d’aller jusqu’à mettre le DVD d’entraînement dans le lecteur. Pour aller encore plus loin, ils nous conseillent de dormir dans nos vêtements de sport pour limiter au maximum les obstacles. De cette façon, les premiers pas seront déjà faits pour vous activer.

8) N’abandonnez pas !

De prime abord, ce n’est pas toujours facile d’adopter des habitudes pour être plus actifs. Il y aura toujours une journée où la motivation fera défaut, où les obligations du quotidien vous bombarderont, où il semblera y avoir une bonne excuse de prendre une pause, de remettre au lendemain ou d’arrêter. Ne tombez pas dans le piège d’abandonner vos bonnes habitudes, car il sera alors difficile de reprendre le flambeau et de dépasser le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur. Si vous ne pouvez vraiment pas respecter votre engagement, efforcez-vous quand même de faire un petit compromis qui vous laissera satisfait. Vaut mieux faire un petit cinq minutes d’exercices et voir si vous ne pouvez pas en glisser d’autres minutes dans la journée que de ne rien faire du tout. Profitez d’une pause-toilette pour faire quelques rotations des épaules ou du cou, balancez vous d’un pied à l’autre en répondant à un appel téléphonique, sortez marcher quelques minutes à la pause repas, contractez vos abdominaux ou vos fessiers pendant que vous attendez en file d’attente, faites le tour de votre voiture en attendant les enfants devant la porte de l’école, procédez à quelques flexions sur jambe (squats) en vous brossant les dents, faites la planche (plank) pendant une minute avant de vous mettre au lit et tout autre petits exercices que vous pouvez intégrer à vos activités. De la sorte, vous ne culpabiliserez pas trop d’avoir passé votre séance de sports, votre estime de soi n’en prendra pas un trop gros coup et vous serez heureux d’avoir réussi.

9) Mesurez vos progrès[liv]

Il est souvent plus facile de persévérer dans la pratique d’une activité physique si vous vous êtes fixé un objectif précis. Il doit toutefois représenter un certain défi et être réaliste. Si la perte de poids est un objectif populaire, ce n’est pas nécessairement celui qui vous motivera sur le long terme. Vous pourriez très bien avoir des objectifs de santé tels qu’augmenter votre souplesse, votre masse musculaire ou votre santé cardiovasculaire. Qu’importe ce que vous choisissez, vous devriez mesurer et noter vos progrès chaque semaine. Cela peut être aussi simple que de noter le nombre de répétitions de chaque exercice, le poids que vous soulevez, le nombre de minutes passé à faire une activité, la distance parcourue ou toutes autres mesures pertinentes. Vous pourriez également avoir recours à un podomètre, une montre sportive ou une application sur votre cellulaire pour ce faire. Nous vous déconseillons fortement de ne pas vous fier seulement au chiffre sur la balance puisque celui-ci peut être trompeur. Si vous désirez atteindre des objectifs de la perte de poids, vous pourriez mesurer votre tour de taille – ainsi que d’autres parties du corps notamment le tour de bras ou de cuisse, de prendre une photo pour comparer votre silhouette au fil de temps ou encore d’observer la façon dont tombe naturellement vos vêtements.

10) Célébrez vos succès

Dans une culture qui valorise les accomplissements concrets et la  productivité, il peut être facile de passer d’un projet à un autre sans prendre le temps de célébrer ses succès. Pourtant, cette petite étape supplémentaire permet d’ancrer vos bonnes habitudes tout en améliorant votre taux de réussite. Il suffit d’aussi peu qu’une danse de la victoire, une petite gâterie ou une récompense tangible pour vous encourager à continuer sur la bonne voie. Prenez donc un instant pour fêter votre réussite et apprécier réellement ce que vous avez réussi à accomplir.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources :
ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Faites le 15!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/72-faites-le-15-.html

ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. La marche et la stimulation cérébrale, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/59-la-marche-et-la-stimulation-cerebrale.html

ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

GILBERT, Cindy. 2018. 4 ASTUCES POUR GARDER SA MOTIVATION À BOUGER!, publié en ligne sur le blog de Kilo Solution le 8 février 2018 au https://kilosolution.com/fr/blog/4-astuces-pour-garder-sa-motivation-a-bouger-n9

GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

Références :

[i] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[ii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[iii] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[iv] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[v] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[vi] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[vii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[viii] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[ix] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[x] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xi] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xiii] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xiv] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xv] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xvi] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xvii] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xviii] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xix] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xx] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xxi] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xxii] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xxiii] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xxiv] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xxv] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xxvi] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xxvii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xxviii] SCRIBEOLE. 2017. Les bienfaits du sport sur votre santé, publié en ligne le 18 avril 2017 au https://www.topsante.com/forme-bien-etre/les-bienfaits-du-sport-sur-votre-sante-616983

[xxix] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xxx] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xxxi] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xxxii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xxxiii] ÊTRE-BIEN. 2013. 20 Bienfaits du Sport que vous ignorez surement, publié en ligne le 23 mai 2013 au http://www.etre-bien.eu/20-bienfaits-du-sport/

[xxxiv] FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xxxv] FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xxxvi] GILBERT, Cindy. 2018. 4 ASTUCES POUR GARDER SA MOTIVATION À BOUGER!, publié en ligne sur le blog de Kilo Solution le 8 février 2018 au https://kilosolution.com/fr/blog/4-astuces-pour-garder-sa-motivation-a-bouger-n9

[xxxvii] FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xxxviii] FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xxxix] FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xl] Traduction libre de : FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xli] Traduction libre de : FETTERS, Aleisha. 2018. How to Find a Workout You’ll Actually Stick With, publié sur le blogue de Live Strong en ligne le 29 janvier 2018 au https://www.livestrong.com/article/1013108-workout-youll-actually-stick/

[xlii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Faites le 15!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/72-faites-le-15-.html

[xliii] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xliv] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xlv] GOUVERNEMENT DU CANADA. 2011. Activité physique, publié en ligne le 23 mars 2011 au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/activite-physique.html

[xlvi] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Faites le 15!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/72-faites-le-15-.html

[xlvii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Faites le 15!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/72-faites-le-15-.html

[xlviii] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. La marche et la stimulation cérébrale, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/59-la-marche-et-la-stimulation-cerebrale.html

[xlix] ASSOCIATION DES CHIROPRATICIENS DU QUÉBEC. Inconnu. Faites le 15!, publié en ligne au https://www.chiropratique.com/fr/chiropratique/bien-etre/72-faites-le-15-.html

[l] GILBERT, Cindy. 2018. 4 ASTUCES POUR GARDER SA MOTIVATION À BOUGER!, publié en ligne sur le blogue de Kilo Solution le 8 février 2018 au https://kilosolution.com/fr/blog/4-astuces-pour-garder-sa-motivation-a-bouger-n9

[li] TARTOUR, Martine. Inconnu. 27 ASTUCES POUR MAIGRIR SANS SE PRIVER, publié en ligne au http://www.cosmopolitan.fr/,maigrir-sans-se-priver-le-top-des-astuces-minceur,2230,1047742.asp

[lii] PAQUET, Pascal. 2017. La perte de poids, publié en ligne le 30m ai 2017 sur le blogue de la Clinique Solution Santé Chiropratique inc au http://www.cliniquesolutionsante.com/la-perte-de-poids/

[liii] GILBERT, Cindy. 2018. 4 ASTUCES POUR GARDER SA MOTIVATION À BOUGER!, publié en ligne sur le blog de Kilo Solution le 8 février 2018 au https://kilosolution.com/fr/blog/4-astuces-pour-garder-sa-motivation-a-bouger-n9

[liv] GILBERT, Cindy. 2018. 4 ASTUCES POUR GARDER SA MOTIVATION À BOUGER!, publié en ligne sur le blog de Kilo Solution le 8 février 2018 au https://kilosolution.com/fr/blog/4-astuces-pour-garder-sa-motivation-a-bouger-n9

Posted:

Système de santé ou système de maladies ?

Depuis le début de l’année, j’ai pris l’habitude d’écouter quotidiennement une courte capsule via l’application Simple Habit. Cette application propose des conférences et des méditations d’une durée de 5 à 10 minutes sur la pleine conscience et la psychologie positive pour améliorer votre quotidien un peu comme le fait aussi TED-talk. La semaine dernière, j’écoutais une conférence de Cory Muscara qui disait que notre système de santé est plutôt un système de maladies. Comme il le disait si bien, il n’y a rien de mal à vouloir guérir une maladie ou gérer une douleur, mais il serait encore plus intéressant de prévenir ladite maladie ou ladite douleur. Il nous rappelle qu’il est rare de constater qu’un professionnel de la santé prend le temps de vous écouter et de discuter avec vous des manières de reprendre le sport ou d’améliorer votre santé générale. Ses mots ont fait écho en moi qui croit fortement aux bienfaits de la prévention comme mes fidèles lecteurs ont pu en témoigner à travers bon nombre de mes articles. Continuez à lire pour découvrir une approche différente de la santé.

Bien entendu, la chiropratique obtient de bons résultats pour traiter des maladies neuromusqulosquelletiques telles que l’hernie discale , l’ostéoporose, la dorsalgie et la lordose ou diverses douleurs telles que les  maux de dos, de cou ou d’épaule. En fait, l’efficacité des soins chiropratique a été démontrée à plusieurs reprises. L’Association des Chiropraticiens du Québec (ACQ) a d’ailleurs élaboré une vidéo intitulée « La douleur s’attaque à votre vie. Le chiropraticien s’attaque à votre douleur » pour illustrer les conditions où la chiropratique est utile.

Cela dit, la chiropratique est une approche de  santé qui gagne grandement à être considérée de manière préventive pour en maximiser les bienfaits  à long terme. Les chiropraticiens sont différents des autres docteurs parce qu’ils vérifient votre état de santé en évaluant l’intégrité de votre système nerveux central et l’équilibre biomécanique de votre colonne vertébrale au lieu d’examiner directement l’endroit où se trouve votre douleur. Les chiropraticiens s’efforcent d’identifier les préoccupations possibles et mettre fin à l’inconfort et la maladie avant même qu’ils ne s’installent. Même si vous n’avez aucune douleur, des vérifications chiropratiques régulières peuvent vous assurer une santé optimale. La santé vertébrale est le fondement de l’approche chiropratique vers le bien-être. En tant que docteur en chiropratique, je prends le temps de faire le point sur votre état de santé pour vous fournir des pistes de solutions pour retrouver un état de santé optimal.

Que vous en soyez conscient ou non, les inconforts ressentis aujourd’hui sont souvent dus à l’accumulation de petits gestes ou encore de mauvais choix répétés au quotidien. Il existe de nombreux facteurs sur lesquels vous pouvez avoir du contrôle : votre posture (debout, assise, pour soulever une charge, etc.), votre alimentation, votre niveau d’hydratation, votre niveau d’activité physique, l’ergonomie au travail, une partie de votre stress, la façon dont vous dormez et plus encore. Je vous encourage fortement de commencer petit en choisissant un seul élément que vous désirez améliorer pour éviter de vous sentir submergé par l’ampleur des changements à apporter. L’idée est de faire un premier pas dans la bonne direction est de la répéter chaque jour. Ainsi, il est préférable de faire un seul redressement assis tous les jours et d’augmenter progressivement que de faire une seule série intensive par année. Vous pourriez, par exemple, diminuer de moitié le sucre que vous mettez dans votre café du matin, remplacer une boisson gazeuse dès que vous vous levez ou que vous vous couchez, marchez 20 minutes, être vigilant à votre posture lorsque vous vous assoyez sur le divan ou autre. Lorsque ce premier élément sera devenu une habitude que vous faites au moins 80% du temps, vous pourrez ajouter un deuxième élément ou augmenter la récurrence de ce premier élément.  Oui, à 80%. L’idée n’est pas de vous décourager parce que vous n’avez pas atteint parfaitement votre nouvelle habitude, mais plutôt de vous aider à en faire une habitude. La chiropratique peut vous épauler pour assurer l’ergonomie de votre poste de travail, pour adopter une meilleure posture au travail ou dans vos activités quotidiennes, pour élaborer un programme d’étirements et d’exercices adapté à votre réalité ainsi que pour atteindre vos objectifs de santé.

Votre corps vous parle. Les petits et grands inconforts que vous ressentez sont des signaux d’alarme que quelque chose se passe. N’ignorez pas ces messages et n’attendez pas que la situation se rétablisse d’elle-même. La plupart du temps, votre corps compense pour vous aider à fonctionner dans votre quotidien malgré la douleur. Bien que les symptômes semblent moins présents qu’au tout début, les raisons sous-jacentes demeurent bien réelles. Il n’en tient qu’à vous de choisir le type de soins dont vous voulez bénéficier. La chiropratique peut vous soulager en  réduisant la douleur,  corriger le problème pour retrouver un état de santé optimal ou  prévenir les rechutes en conservant un état de santé optimal. La santé a une valeur inestimable. Investir aujourd’hui dans votre santé, c’est un investissement pour un meilleur futur.

 

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Posted:

La méthode McKenzie à la rescousse de vos maux de dos

Ce n’est plus un secret pour personne, les maux de dos touchent de plus en plus de gens. Parmi les principaux coupables, soulignons notre mode de vie sédentaire, de longues heures passées devant l’ordinateur ou le téléviseur et l’adoption de mauvaises postures au quotidien. Au cours des derniers mois, nous vous avons déjà proposé des pistes de solutions à travers nos articles  Ce que vous pouvez faire pour maintenir un dos en santé – notre top 5 ainsi que Les 5 exercices à éviter et ceux à privilégier pour vos maux de dos– notre top 5. Nous réitérons encore le sujet en vous proposant de découvrir la méthode McKenzie. Il s’agit simplement d’étirements et d’exercices conçus pour les gens qui éprouvent des douleurs au dos, qui ont des problèmes d’hernie discale lombaire ou qui éprouvent des douleurs au niveau du nerf sciatique. Si le sujet de l’hernie discale vous interpelle davantage, nous vous dirigeons plutôt vers l’un des trois articles suivants : Qu’est-ce qu’une hernie discale ?, Que faire pour prévenir l’hernie discale ? Solutions, trucs et astuces et L’hernie discale, notre solution.

L’inventeur de la  méthode McKenzie, Robin McKenzie, affirme qu’ « il n’y a aucun espoir de guérison pour les douleurs lombaires si les patients continuent à s’asseoir de façon incorrecte. »[1] À la Clinique Solution Santé Chiropratique inc nous préférons nuancer ces propos. Il est vrai que la posture joue un rôle essentiel pour conserver un dos fort et en santé, mais ce n’est pas le seul facteur. Une saine alimentation, une bonne hydratation, un sommeil récupérateur et un mode de vie actif sont quelques un des autres facteurs  non négligeables pour rester au sommet de votre forme. Il existe plusieurs méthodes pour améliorer la santé de votre dos que ce soit la chiropratique, la traction et la décompression neurovertébrale ou encore des étirements et des exercices ciblés. Cela dit, une mauvaise posture risque de réveiller les vieilles douleurs et les faiblesses déjà présentes dans vos dos. Si vous n’êtes pas familier avec la façon appropriée de vous asseoir, nous vous encourageons vivement à lire notre article Les postures assises – au travail, en voiture et devant la télévision, etc.

 

Concrètement, « la  méthode McKenzie propose des exercices visant à faire revenir les disques vertébraux à leur emplacement naturel, afin de diminuer la douleur et de retrouver une certaine mobilité et liberté de mouvement. »[2] Les exercices que nous vous présenterons sous peu ont pour but de creuser votre dos et de maintenir la position environ une minute pour inciter les disques intervertébraux à revenir dans leur emplacement naturel. Ce mouvement porte le nom de « centralisation ». Chaque fois qu’un disque revient ne serait-ce qu’un peu vers sa position d’origine, la pression exercée sur le nerf sciatique diminue. Vous ressentez ce relâchement par une augmentation de votre mobilité et une diminution de la douleur.

Les cinq étapes de la méthode McKenzie

Avant d’expliquer plus précisément en quoi consistent les exercices de la méthode McKenzie, il est important de rappeler que ces exercices sont conçus pour aider les gens aux prises avec des problèmes d’hernies discales et de nerfs sciatiques. Ils ne sont pas nécessairement appropriés pour d’autres maux de dos ou de cou. Il est donc important de ne pas forcer le mouvement en cas de douleurs. Par ailleurs, il est recommandé de faire évaluer votre condition physique afin d’avoir une meilleure idée des causes de vos malaises. Pour plus d’information, suiviez l’hyperlien suivant : http://www.cliniquesolutionsante.com/premiere-visite/. Par ailleurs, une visite à la Clinique Solution Santé Chiropratique inc. vous permettra non seulement de savoir si cette méthode vous convient, mais également d’être assisté pour vous assurez que vous effectuez ces exercices correctement.

  1. Coucheé sur le ventre (prone lying)
    Comme son nom l’indique, cette étape consiste à se coucher au sol sur le ventre. Vous devez placer les bras le long de votre corps et essayer de détendre votre dos. Gardez cette première position entre 30 secondes et une minute.
  1. Couché sur le ventre et appuyé sur les coudes (prone lying on elbows)
    L’étape suivante consiste à vous appuyer sur vos coudes et vos avant-bras. Il est important que les coudes soient à la même largeur que les épaules. Cette position n’est pas celle de la planche (plank) même si elle lui ressemble puisque votre bassin et vos hanches restent au sol tout au long de l’exercice. Tout en laissant le dos détendu, maintenez la position de 30 à 60 secondes avant de revenir à la première position soit celle d’être couché sur le ventre (prone lying).
  1. Pompes couchées (prone press-ups)
    Toujours allongées sur le ventre, les paumes sont sur sol et les épaules sont tout près de vos mains. Vous devez ensuite relever le tronc à l’aide de vos bras. Cette posture ressemble à celle des pompes (push-up) à l’exception du fait que votre bassin et vos hanches ne quittent jamais le sol. Gardez la position entre 30 et 60 secondes avant de revenir à la première position (couché sur le ventre/prone lying).
  2. Étirement progressif en utilisant un cousin (progressive extension using pillows)
    Cette étape se veut un étirement progressif que vous devez effectuer à l’aide de coussins. Il faut commencer couché sur le ventre (prone lying) en plaçant un coussin sous la poitrine. Il faut garder la position quelques minutes. Si ce n’est pas douloureux, vous pouvez augmenter l’étirement en ajoutant un second coussin puis un troisième. Il est important que le bassin et les hanches demeurent au sol. Une fois complété, revenez à la posture couché sur le ventre (prone lying) sans aucun coussin.
  3. Étirement debout (standing extension)
    Contrairement aux étapes précédentes, cet exercice s’effectue debout en plaçant les mains dans le creux du dos. Lentement, vous devez laisser le haut de votre corps penché vers l’arrière contre vos mains. Si vous en êtes capable, vous pouvez même regarder vers le plafond. Après une vingtaine de secondes, vous vous redressez debout en adoptant votre posture habituelle. Vous pouvez reprendre cet exercice à quelques reprises dans la journée et plus particulièrement lorsque vous avez passé un moment assis, que vous vous êtes courbé ou que vous avez soulevé un objet. C’est le cas notamment lorsque vous travaillez à l’ordinateur, bricolé ou jardiné.

Chiropratiquement vôtre, 

Dr Pascal Paquet, chiropraticien, D.C.
Clinique Solution Santé Chiropratique

1100, boul. Crémazie Est, bureau 100
Montréal (Québec)  H2P 2X2
Tél. : 514 723-2424

Sources:

ERGONLINE. Inconnu. Qu’est-ce que la Méthode McKenzie ?, publié en ligne au https://www.ergonline.eu/fr/mckenzie-concept-fr/was-ist-das-fr/

KINESITHERAPIE24. Inconnu. 5 exercices de la méthode McKenzie étirement du dos, publié en ligne au http://www.kinesitherapie24.com/5-exercices-de-la-methode-mckenzie-etirement-du-dos/

MalODOS. Inconnu. La méthode McKenzie, publié en ligne au http://www.mal-au-dos.be/methode-mckenzie/

 

Références :

[1] ERGONLINE. Inconnu. Qu’est-ce que la Méthode McKenzie ?, publié en ligne au https://www.ergonline.eu/fr/mckenzie-concept-fr/was-ist-das-fr/

[2] MalODOS. Inconnu. La méthode McKenzie, publié en ligne au http://www.mal-au-dos.be/methode-mckenzie/

Posted: